L'UE met 50 millions d'euros pour financer la nouvelle force G5 contre les groupes djihadistes

Le président Macron durant une conférence le 13 décembre.
Le président Macron durant une conférence le 13 décembre. - © LUDOVIC MARIN - AFP

Plusieurs pays et organisations ont annoncé ou confirmé mercredi des contributions financières pour accélérer la mise en oeuvre de la nouvelle force conjointe G5 Sahel, destinée à combattre les groupes djihadistes dans la vaste bande sahélo-saharienne (BSS), a annoncé le président français Emmanuel Macron, proclamant que l'objectif était de remporter des "victoires au premier semestre 2018".

L'Union européenne a confirmé mettre 50 millions d'euros sur la table pour financer cette force composée de troupes de cinq pays de la région, l'Arabie saoudite cent millions de dollars, les Emirats arabes unis (EAU), trente millions et les Etats-Unis 60 millions de dollars, a-t-il affirmé à la presse à l'issue d'une "réunion de soutien au G5" au château de la Celle-Saint-Cloud, dans la banlieue parisienne.

400 millions un G5 opérationnel

Les besoins de la force G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie) ont été évalués à 250 millions d'euros pour sa mise en place et à 400 millions pour la rendre pleinement opérationnelle.

"Il nous faut gagner la guerre contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne. Or elle bat son plein. Il y a des attaques chaque jour, il y a des Etats qui sont aujourd'hui menacés", a affirmé le président français.

Les dirigeants présents, dont ceux des cinq pays du G5 Sahel se sont accordés sur "un soutien renforcé", selon M. Macron, à cette force militaire qui monte en puissance.

Emmanuel Macron reçoit Angela Merkel au château de la Celle-Saint-Cloud

Rencontre des chefs d'états:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK