L'UE "incapable de fonctionner" sans le traité de Lisbonne selon Juncker

RTBF
RTBF - © RTBF

Le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker a prévenu dimanche que l'Union européenne serait "incapable de fonctionner" sans le traité de Lisbonne, rejeté il y a dix jours par les Irlandais.

"Je pars du principe qu'il entrera en vigueur mais je ne sais simplement pas quand. S'il n'entre pas en vigueur, nous serons totalement incapables de fonctionner en Europe", a-t-il affirmé au quotidien populaire Bild am Sonntag.

Il a à nouveau exclu tout élargissement de l'UE jusqu'à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

"Le traité de Nice actuellement en vigueur est déjà un problème pour les 27 membres de l'UE. Sur cette base, aucun autre Etat ne peut rejoindre l'UE", a dit le dirigeant conservateur.

"Il faut dire la vérité pour faire entendre raison aux Etats qui préfèreraient renoncer au traité", a-t-il souligné face au risque de voir le traité rejeté par le Parlement tchèque.

M. Juncker, dont le nom a été évoqué pour prendre la tête de la Commission fin 2009, a noté que l'UE ne pouvait imposer un deuxième referundum aux Irlandais qui ont rejeté à 53,4% le traité de Lisbonne.

Malgré la crise provoquée par le "non" irlandais, l'UE ne "peut pas fermer la porte des négociations au nez de la Turquie", a-t-il déclaré.

M. Juncker s'est dit par ailleurs "absolument ouvert à l'idée d'un referundum à l'échelle européenne". "Pour l'avenir ce pourrait être un instrument judicieux, aussi pour une question essentielle: Voulez-vous devenir membre de l'Union Européenne et renoncer à certaines compétences et revendications? ", a-t-il souligné.

Selon lui, cet instrument permettrait de "faire la clarté" au sein de l'UE, alors que "50% des Européens sont convaincus d'avoir besoin d'une UE plus forte" et qu'une autre moitié est persuadée du contraire.

Le sommet européen tenu jeudi et vendredi à Bruxelles s'est donné quatre mois pour dénouer la crise, fixant un rendez-vous au prochain sommet en octobre.

Le traité de Lisbonne, destiné à améliorer le fonctionnement des institutions de l'Union européenne, doit être ratifié par l'ensemble des 27 Etats-membres pour entrer en vigueur.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK