L'UE fête les 10 ans de son règlement sur les substances chimiques

L'europe fête les 10 ans de son programme de protection
L'europe fête les 10 ans de son programme de protection - © Tous droits réservés

La Commission européenne célèbre les 10 ans du règlement REACH. Cette législation européenne sur les substances chimiques est la plus contraignante au monde. Elle semble donner satisfaction puisque même les Britanniques y sont attachés. Vendredi dernier, la première ministre britannique, Theresa May, a déclaré que le Royaume-Uni souhaitait garder un pied dans l’Agence européenne des produits chimiques après le Brexit. 

A quoi ça sert ? 

Des substances chimiques, il en existe des dizaines de milliers. On les retrouve partout : sur les vêtements, les jouets, les produits électroniques etc. REACH a pour mission d'évaluer leur éventuelle toxicité sur l'homme et sur l'environnement. 

A ce jour, 17 mille substances chimiques ont fait l'objet d'étude. Depuis, une vingtaine ont été interdites. Dans le collimateur de l'Union européenne, on retrouve du chrome, du nickel, du plomb dans les produits de consommation ou encore du bisphénol, perturbateur endocrinien.

Quels résultats ? 

La Commission européenne communique une prévision chiffrée. Elle estime que les bénéfices potentiels pour la santé humaine et l’environnement s’élèveront à 100 milliards d’euros sur une période de 25-30 ans.

Certains experts, contactés par nos soins, mettent toutefois en évidence certaines faiblesses. Il y aurait un manque de fermeté tant de la part de l'Agence européenne des produits chimiques que des Etats membres et de la Commission. Un manque d'ambition qui n'inciterait pas les industriels à chercher avec plus d'entrain des alternatives sûres aux produits identifiés comme dangereux.

La Commission a d'ailleurs fait part d'une série de propositions pour améliorer la qualité des données recueillies, simplifier la procédure d’autorisation des substances chimiques ou encore assurer une concurrence équitable entre les entreprises européennes et non-européennes.

Pourquoi les Britanniques veulent rester dans l'Agence ? 

C’est une question de santé. Mais, c’est aussi une question économique. REACH vise également à favoriser la compétitivité de l’industrie chimique européenne. Les Britanniques veulent éviter que la leur se retrouve à la traîne après le Brexit.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK