L'Otan prévoit une hausse des dépenses de défense de 4,3% en Europe et au Canada

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg
Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg - © PETRAS MALUKAS - AFP

L'Otan s'attend à une hausse des dépenses de défense des alliés européens et du Canada de 4,3% pour l'année 2017, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à la veille de la rencontre entre les 29 ministres de la Défense de l'Alliance. Une rencontre au cours de laquelle les questions de la coopération avec l'Union européenne et de l'augmentation des contributions en troupes à la mission "Resolute Support" en Afghanistan seront également centrales.

Au cours des trois dernières années, les alliés européens et le Canada "ont augmenté leurs dépenses en matière de défense de près de 46 milliards", a souligné Jens Stoltenberg.

La hausse des dépenses de défense des alliés européens et du Canada en 2016 s'élevait à 3,3%. "En 2017, nous nous attendons à une augmentation encore plus conséquente", a ajouté le secrétaire général de l'Alliance atlantique. "La tendance est à la hausse et nous comptons bien garder le cap. Cette année, 25 pays alliés se sont engagés à augmenter en termes réels leurs dépenses de défense." Les chiffres des investissements militaires pour les alliés, individuellement, seront communiqués jeudi.

2% du PIB

Si, l'année dernière, cinq alliés ont atteint l'objectif des 2% du PIB en dépenses de défense réclamés par Washington et par l'Otan, la Roumanie devrait également atteindre ce but cette année, selon lui. La Lituanie et la Lettonie devraient y arriver en 2018.

"Les plans nationaux des alliés en la matière devraient assurer cette tendance à la hausse", selon Jens Stoltenberg. Les premiers rapports nationaux devraient être effectués pour le mois de décembre prochain et examinés en février 2018 par les ministres de la Défense. Les rapports comprendront les dépenses, les contributions aux missions et opérations, ainsi que les capacités nécessaires.

"Les fonds de 2017 seront dépensés dans plusieurs domaines. Notamment, dans de nouveaux investissements dans les équipements, dans des exercices militaires et il sera également question des salaires et pensions des militaires. Tout cela fait partie des investissements nécessaires pour avoir des forces militaires à niveau", a pointé le secrétaire général de l'Otan.

Si le président américain, Donald Trump, demande depuis des mois aux alliés de dépenser plus en matière de défense, Jens Stoltenberg a tenu à rappeler que les alliés européens et le Canada sont invités à investir plus dans la défense non pas "pour plaire aux Etats-Unis", mais bien "dans leur propre intérêt". "Il faut comprendre que nous travaillons à la mise en oeuvre d'une décision prise en commun", a pointé Jens Stoltenberg.

Le secrétaire général a par ailleurs annoncé que les ministres de la Défense devront s'accorder demain/jeudi lors de leur rencontre à 29 sur les objectifs capacitaires de l'Alliance. Entre autres, concernant les équipements lourds, le ravitaillement aérien et le nombre de troupes capables de se déplacer plus rapidement.

Renforcement des troupes

Le leader de l'Alliance atlantique présentera également aux 29 ministres de la Défense un rapport sur la coopération Otan-UE co-écrit avec la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, qui participera aussi aux rencontres prévues au siège de l'Otan. Le rapport est rédigé pour "éviter tout doublon dans les capacités" entre l'Union européenne et l'Otan, alors que la Commission européenne a présenté un projet censé mobiliser 5,5 milliards d'euros par an d'investissements pour la défense de l'Union au début du mois de juin.

Enfin, les alliés aborderont la question du renforcement des troupes au sein de la mission "Resolute Support" en Afghanistan qui entraîne et conseille les forces de sécurité afghanes. "Nous allons maintenir notre présence dans le pays, mais nous ne prévoyons pas de revenir aux missions de combat", a insisté Jens Stoltenberg. De leur côté, les Etats-Unis présenteront prochainement leur nouvelle stratégie pour l'Afghanistan. Une stratégie qui tranchera la question de futurs renforts. Les chefs militaires américains en Afghanistan et dans la région réclament depuis plusieurs mois des renforts de plusieurs milliers d'hommes pour les forces de l'Otan en Afghanistan.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK