L'Otan en alerte face à une intense activité de l'aviation russe dans le ciel européen

Le drapeau de l'Otan flotte au-dessus du siège de l'organisation à Bruxelles le 2 mars 2014
Le drapeau de l'Otan flotte au-dessus du siège de l'organisation à Bruxelles le 2 mars 2014 - © Georges Gobet

L'Otan a annoncé mercredi avoir détecté ces deux derniers jours une activité aérienne de "grande ampleur" de l'aviation militaire russe en Europe, en mer Baltique, en mer du nord et dans l'océan Atlantique ainsi qu'en mer Noire, qualifiant ce niveau d'activité d'"inhabituel".

Des appareils des pays de l'alliance ont décollé en quatre endroits différents pour des missions d'interception contre quatre groupes d'avions militaires russes "en manœuvre" dans les espaces de la mer Baltique, de la mer du Nord et de la Mer noire, a précisé l'Otan dans un communiqué sur cette activité "à grande échelle" et jugée "inhabituelle".

La plus importante opération à mobilisé des appareils de trois pays de l'Alliance après la détection d'un groupe de huit avions russes - quatre chasseurs bombardiers et quatre ravitailleurs - en formation sur l'Atlantique.

Des appareils des forces norvégiennes se sont portés à leur rencontre pour les identifier et six appareils russes ont rebroussé chemin, mais deux autres, des bombardiers TU-95, ont continué leur route.

Des appareils de la Royal Air Force britannique ont alors décollé pour les escorter. Ils ont passé le relais à la force aérienne du Portugal. Les avions russes sont repartis vers le Royaume-Uni où la RAF et les Norvégiens les ont repris sous leur contrôle.

Selon l'Otan, les appareils russes n'avaient pas soumis de plan de vol, n'avaient aucun contact avec les autorités aériennes civiles et ne communiquaient pas, "ce qui représente une risque potentiel pour les vols civils".

Une autre opération a été menée par l'aviation turque au dessus de la Mer Noire pour contrôler un groupe de quatre avions russes, dont deux bombardiers TU-95, a ajouté l'Otan.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK