L'Italie ouvre les portes de l'Europe aux clandestins tunisiens

Dès ce jeudi, des centaines d'immigrés tunisiens se trouvant actuellement sur l'île de Lampedusa pourront se présenter au poste-frontière de Vintimille avec un permis temporaire de séjour délivré par les autorités italiennes et valable pour une durée de trois mois, reconductible.

Aujourd'hui encore, en vertu de la convention de Berlin et du traité de Schengen, ces immigrés ne peuvent pas circuler librement en Europe et sont refoulés aux frontières.

L'Italie est actuellement en première ligne, car les migrants partis clandestinement de Tunisie débarquent sur son territoire. Ils sont près de 22 000, ne demandent pas l'asile et beaucoup veulent se rendre en France, en Belgique, en Suisse, où vivent des communautés tunisiennes. Mais les partenaires de l'Italie refusent de partager le fardeau.

Ces dernières semaines, l'Italie qui accuse régulièrement l'Union européenne, et en particulier la France, de manque de solidarité dans la gestion de la crise des immigrés a donc annoncé l'ouverture de centres d'accueil spécifiques près des frontières pour les migrants voulant se rendre en France ou Allemagne, et la délivrance de ce permis de séjour leur permettant de circuler librement en Europe.

Les conséquences de la délivrance de ce permis de séjour

Mais les conséquences seraient catastrophiques pour les relations avec la France, a reconnu le chef de la diplomatie italienne Franco Frattini. "Nous devons d'abord fermer le robinet des arrivées, car si nous délivrions ces permis maintenant, l'Italie deviendrait un corridor. Au moins 18 000 immigrés tunisiens partiraient immédiatement pour la France", a-t-il reconnu.

Rien n'empêche le gouvernement italien de délivrer de tels permis. "C'est une compétence nationale", reconnaît la Commission. "Mais cela reviendrait à demander aux autres de renvoyer les illégaux en Tunisie, avec pour conséquence de rendre furieux tous les voisins de l'Italie", a averti un diplomate.

Le ministre de l'Intérieur français Claude Guéant devrait rencontrer vendredi à Rome son homologue italien Roberto Maroni afin de désamorcer le conflit. Ils se retrouveront ensuite avec leurs collègues européens le 11 avril à Luxembourg. La capacité de réaction de l'UE face à l'afflux d'immigrants consécutif aux changements dans les pays de la rive sud de la Méditerranée sera le principal sujet.

Mélanie De Nora avec Le Figaro.fr et agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK