L'Italie finance-t-elle des groupes armés libyens pour bloquer l'arrivée de migrants?

L'Italie finance-t-elle des groupes armés libyens pour faire diminuer le nombre d'arrivées de migrants?
L'Italie finance-t-elle des groupes armés libyens pour faire diminuer le nombre d'arrivées de migrants? - © MAHMUD TURKIA - AFP

De moins en moins de migrants débarquent en Italie. Comment l'expliquer? D'après l'agence Associated Press, derrière les explications officielles, la véritable raison de cette diminution s'expliquerait par le fait que l'Italie financerait des groupes armés libyens. Valérie Dupont, correspondante pour la RTBF à Rome, fait le point. 

De l'argent italien et européen

L’accord entre le gouvernement italien et celui de Tripoli pour seconder les gardes côtes libyens et les relations liées avec les villes du sud de la Libye sont officiellement les clés de la diminution des arrivées de migrants en Italie.

Comme expliqué plus haut, pour les journalistes de l’Associated Press, les migrants seraient en fait bloqués par des groupes armés payés par le gouvernement libyen avec de l’argent italien et européen.

Selon cette enquête, des accords auraient été passés verbalement avec les milices Al AmMu et Brigade 48, des groupes armés connus comme trafiquants de migrants.

Une trêve qui dépend des responsables des trafics?

Les 500 hommes de ces milices auraient été intégrés dans les forces libyennes, permettant ainsi aux autorités italiennes de travailler avec ces groupes, non plus considérés comme milices mais comme forces officielles.

Ces hommes empêcheraient donc les barques des migrants de quitter les cotes libyennes en échange d’équipement, de bateaux et d’argent.

Si cette information se confirme, la trêve de l’arrivée des migrants en Italie dépend donc du bon vouloir de groupes jusqu’ici considérés comme responsables des trafics. Meme si le gouvernement italien dément tout accord de ce genre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK