L'Irano-britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe relâchée temporairement en Iran

Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-britannique emprisonnée à Téhéran depuis avril 2016, a été relâchée jeudi matin pour trois jours, a annoncé son mari dans un communiqué.

"Nazanin a été libérée de la prison d'Evine ce matin pour une permission. Elle se trouve avec sa famille. Elle a été relâchée pour trois jours jusqu'au dimanche 26 août", a déclaré Richard Ratcliffe, une permission que son avocat "espère pouvoir prolonger".

J'ai tellement pleuré. Je suis bouleversée

"J'étais tellement émue de voir ma grand-mère aujourd'hui", a déclaré Nazanin Zaghari-Ratcliffe, citée dans le communiqué. "J'ai tellement pleuré. Je suis bouleversée."

Richard Ratcliffe, qui lui se trouve au Royaume-Uni, a expliqué que cette libération temporaire correspond à une "pratique ordinaire", dont ont déjà bénéficié plusieurs co-détenues de son épouse. Mais ces dernières "sont toujours en permission plus d'un mois plus tard", a-t-il expliqué, ce qui nourrit les espoirs du couple.

Il a ajouté que l'avocat de Nazanin Zaghari-Ratcliffe allait "formuler samedi une requête pour étendre sa permission de sortie".

Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l'agence de presse canado-britannique du même nom, Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée le 3 avril 2016 à l'aéroport de Téhéran en compagnie de sa fille Gabriella, aujourd'hui âgée de 4 ans, après avoir rendu visite à sa famille.

Elle a été condamnée en septembre 2016 à cinq ans de prison pour participation à des manifestations en 2009 visant à renverser le régime, ce qu'elle dément. La peine a été confirmée en appel en avril 2017.

Son mari mène depuis une active campagne pour obtenir sa libération.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK