L'Iran va-t-il bientôt posséder l'arme nucléaire? La quantité d'uranium enrichi attire toutes les attentions

C’est un dossier très technique… mais l’enjeu est énorme. Car il concerne la possibilité de voir, un jour, l’Iran entrer dans le club très fermé des pays qui possèdent l’arme nucléaire. En 2015, l’Iran s’était engagé à limiter son stock d’uranium enrichi à 300 kilos, en échange d’une levée des sanctions. C’était un des points les plus importants de ce "Plan d’action global conjoint" qui encadre le programme nucléaire iranien. Un plan signé en juillet 2015 à Vienne entre l’Iran et six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). Mais Donald Trump a décidé de dénoncer l’accord signé par Obama.

Le seuil des 300 kilos d’uranium enrichi, l’enjeu majeur ?

Depuis le retrait des Etats-Unis de cet accord et l’escalade récente de menaces entre le président américain et les dirigeants iraniens, le contexte a changé. L’Iran pourrait bientôt faire voler en éclats cette limite des 300 kilos. Un an, jour pour jour après la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de 2015 et de rétablir des sanctions contre l’Iran, les autorités iraniennes ont annoncé, le 8 mai dernier, qu’elles suspendaient certains de leurs engagements. "Les dirigeants iraniens ne veulent pas perdre la face devant leur population. Ils font donc ce qu’ils avaient déjà dit depuis longtemps, c’est-à-dire se retirer également de cet accord" explique Firouzeh Nahavandi, docteur en sciences sociales à l’ULB, directrice du centre d’études de la coopération internationale et du développement et spécialiste de l’Iran.

2 images
Drapeau iranien © THOMAS PETER - AFP

La bombe nucléaire en Iran, c’est pour quand ?

Cette limite de 300 kilos d’uranium enrichi n’avait pas été fixée au hasard. "C’est le résultat d’un calcul très précis qui devait permettre d’étendre le "breakout time", c’est-à-dire le temps qu’il faudrait en théorie à l’Iran pour construire une bombe nucléaire. Avant l’accord de Vienne, ce délai était estimé à seulement quelques mois, mais les négociations sur des stocks limités à 300 kg et quelques autres restrictions ont permis de l’étendre à environ un an", explique Tytti Erästö, spécialiste du nucléaire iranien au Stockholm International Peace Institute, contactée par la rédaction de France 24.

"Il était convenu, dans l’accord de 2015, des mesures pour que l’Iran n’atteigne jamais la quantité d’uranium enrichi qui puisse lui donner accès très rapidement à la bombe nucléaire. Aujourd’hui, c’est l’enjeu majeur. L’Iran pourrait être capable d’avoir accès très vite à cette bombe nucléaire" ajoute Firouzeh Nahavandi à notre micro.

Selon la chaîne de télévision turque TRT, le porte-parole de l’Agence iranienne de l’énergie atomique, Behruz Kemalvendi a déclaré que "Le délai de dix jours accordé par l’Agence de l’énergie atomique pour passer au-dessus des 300 kg pour les réserves d’uranium enrichi, expire demain (ndlr : ce jeudi)".

300 kilos ? "Ils ne les dépasseront pas aujourd’hui"

Selon l’agence Reuters, les stocks iraniens d’uranium enrichi sont toujours aujourd’hui inférieurs aux 300 kilos mais des sources diplomatiques citées par l’agence de presse précisent que l’Iran tend à se rapprocher de ce plafond. Trois diplomates qui suivent le travail de l’ONU ont informé Reuters que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a vérifié les stocks iraniens d’uranium faiblement enrichi et ces stocks étaient de 200 kilos environ. "Ils ne les dépasseront pas aujourd’hui", a indiqué à l’AFP une source diplomatique basée à Vienne. Cette source a évoqué une possible "raison politique" à cette retenue alors que les Européens ont multiplié ces derniers jours les efforts pour faire baisser la tension dans le Golfe.

En visite au Japon pour participer au sommet du G20, le président français Emmanuel Macron a demandé que "personne ne commette l’irréparable".

Arme nucléaire : une menace et une garantie territoriale

"Cette arme nucléaire deviendrait évidemment une menace pour des pays proches de l’Iran et alliés des Etats-Unis dans la région, comme l’Arabie Saoudite et Israël. Mais cela permettrait surtout à l’Iran de sanctuariser son territoire. Si l’Iran possède l’arme nucléaire, il devient intouchable" conclu Firouzeh Nahavandi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK