L'Iran promet une réponse "terrible" après l'attentat meurtrier de samedi

Un Gardien de la révolution porte un enfant blessé lors d'une attaque à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, le 22 septembre 2018
Un Gardien de la révolution porte un enfant blessé lors d'une attaque à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, le 22 septembre 2018 - © Shayan HAJI NAJAF

Le président Hassan Rohani a promis une réponse "terrible" de l'Iran après un attentat contre un défilé militaire dans le sud du pays dans lequel au moins 29 personnes, dont des civils, ont été tuées samedi.

L'attaque, dénoncée par Téhéran comme un acte "terroriste", a été perpétrée dans la matinée par un commando armé à Ahvaz, la capitale de la province du Khouzestan, peuplée majoritairement d'Arabes.

C'est l'une des plus meurtrières qu'ait connu l'Iran en près de huit ans. Elle a été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI), qui dit répondre aux interventions de l'Iran dans la région.

La fusillade a duré "dix à quinze minutes", a déclaré à l'AFP Behrad Ghassemi, photographe local présent sur les lieux du drame.

Il a dit avoir vu un assaillant vêtu d'un uniforme des Gardiens de la Révolution et armé d'un fusil mitrailleur AK-47 avec "trois chargeurs attachés ensemble avec du ruban adhésif".

"J'ai vu un enfant de quatre ans et une femme atteints par des balles", les assaillants "tiraient sur toute personne qu'ils pouvaient" atteindre.

57 blessés

Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a vu dans l'attentat "une continuation de la conspiration des gouvernements de la région à la solde des États-Unis et qui cherchent à répandre l'insécurité dans notre cher pays".

L'attaque, qui a fait également 57 blessés, dont plusieurs dans un état grave, a eu lieu à la veille du départ annoncé de M. Rohani pour New York, où il doit participer à l'Assemblée générale de l'ONU.

Elle survient dans un climat de tensions très fortes entre l'Iran et les États-Unis, qui s'apprêtent à intensifier début novembre leurs sanctions économiques contre la République islamique.

"La réponse de la République islamique à la moindre menace sera terrible", a déclaré M. Rohani, selon un communiqué officiel.

Le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a accusé "des terroristes recrutés, entraînés et payés par un régime étranger" d'avoir "attaqué Ahvaz" et a mis en cause "les parrains régionaux du terrorisme et leurs maîtres américains".

Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, ont pour leur part accusé les assaillants d'être liés à un groupe séparatiste soutenu par l'Arabie saoudite.

Les autorités n'ont pas encore fourni un décompte précis permettant de distinguer entre les morts civils et militaires.

Attentat d'Ahvaz: l'Iran remonté contre les Occidentaux et Saoudiens

L'Iran, meurtri par un attentat qui a fait au moins 29 morts samedi à Ahvaz (sud-ouest), était remonté dimanche contre les Occidentaux et les Saoudiens, accusés de complaisance ou de soutien au "terrorisme". L'attaque, qui a également fait 57 blessés,...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK