L'Iran menace Londres et répète que la destination du pétrolier n'était pas la Syrie

L'Iran menace Londres et répète que la destination du pétrolier n'était pas la Syrie
L'Iran menace Londres et répète que la destination du pétrolier n'était pas la Syrie - © JORGE GUERRERO - AFP

L'Iran a menacé vendredi le Royaume-Uni dans le cadre du pétrolier iranien arraisonné la semaine dernière au large de Gibraltar et soupçonné de faire route vers la Syrie. "Si le Royaume-Uni se laisse influencer par les États-Unis et s'engager dans un jeu dangereux, nous le leur déconseillons fortement", indique un porte-parole du gouvernement. Deux autres officiers du pétrolier ont été arrêtés vendredi, après le capitaine et un autre officier jeudi. Le ministre iranien des Affaires étrangères a convoqué pour la quatrième fois de la semaine l'ambassadeur britannique à Téhéran.

Mais ne dévoile pas la destination du pétrolier

L'Iran affirme encore que la Syrie n'était pas la destination du pétrolier. Le Grace 1 est, selon les autorités, trop grand pour accoster en Syrie. Le porte-parole ne dévoile toutefois pas la destination prévue.

La police confirme vendredi l'arrestation des deux officiers du Grace 1, de nationalité indienne, comme le capitaine et son second arrêtés jeudi.

Bâtiment de 330 mètres, le pétrolier a été arraisonné le 4 juillet par la police et les douanes de Gibraltar, assistées d'un détachement de Royal Marines britanniques, au large de ce territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne.

Gibraltar le soupçonne d'avoir voulu livrer du pétrole à la Syrie, en violation des sanctions européennes contre le régime de Bachar al-Assad.

La Cour suprême de Gibraltar a donné son feu vert à l'immobilisation du bâtiment pendant 14 jours, soit jusqu'au 19 juillet, mais cette autorisation peut être prolongée pour un total de 90 jours.

Un incident avec un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz jeudi a lancé des spéculations au sujet d'une vengeance probable de l'Iran. Selon les Britanniques, trois navires iraniens ont tenté d'empêcher le passage d'un bateau commercial anglais. Une frégate les a forcés à faire demi-tour. L'Iran nie toute implication.

Le Royaume-Uni renforce temporairement sa présence militaire dans le golfe Persique. Un deuxième navire de guerre ainsi été déployé, a annoncé vendredi le gouvernement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK