L'Iran confirme un tir de missiles contre des rebelles kurdes en Irak

Des membres du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) constatent les dégâts après une attaque de roquettes sur leur quartier général à Koysinjaq, au Kurdistan irakien, le 8 septembre 2018
Des membres du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) constatent les dégâts après une attaque de roquettes sur leur quartier général à Koysinjaq, au Kurdistan irakien, le 8 septembre 2018 - © SAFIN HAMED

Les Gardiens de la Révolution islamique ont confirmé ce dimanche avoir tiré la veille sept missiles contre le quartier général d'un groupe d'opposition armé kurde iranien en Irak.

"Le quartier général des terroristes [...] a été touché samedi par sept missiles de surface tirés par la division balistique de la force aérospatiale des Gardiens", a indiqué un communiqué publié sur le site officiel de cette armée d'élite iranienne. Cette frappe a fait 11 morts selon une source médicale kurde.

La division des drones des Gardiens a également été impliquée dans cette rare attaque balistique transfrontalière menée sur le sol irakien à partir du territoire iranien.

Un responsable du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) - installé au Kurdistan irakien et considéré par Téhéran comme une organisation terroriste - avait indiqué ce samedi que 11 membres de son mouvement avaient été tués par des roquettes tirées sur leur siège à Koysinjaq alors qu'il étaient réunis en congrès. Il avait accusé l'Iran d'être à l'origine de l'attaque.

"Le châtiment des transgresseurs a été planifié à la suite des actions maléfiques perpétrées ces derniers mois par des terroristes de la région kurde [d'Irak] à la frontière de la République islamique" d'Iran, a encore indiqué le communiqué des Gardiens de la Révolution.

De nombreuses "équipes de terroristes" ont récemment été envoyées à partir de la zone autonome kurde d'Irak dans les provinces iraniennes de l’Azerbaïdjan-Occidental, du Kurdistan et de Kermanshah, selon l'armée d'élite iranienne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK