L'Inde, un pays où les garçons sont une aubaine et les filles une charge

Selon que vous serez fille ou garçon...
Selon que vous serez fille ou garçon... - © NOAH SEELAM - AFP

Les inégalités entre hommes et femmes sont toujours flagrantes en Inde et elles sont exercées avant même la naissance. Une étude gouvernementale vient de révéler que la préférence des familles pour les garçons continue à pousser les familles à avorter de fœtus féminins. Plus de deux millions de filles manquent chaque année à l’appel, alerte ce rapport, et pour celles qui naissent, les discriminations se poursuivent dans de nombreux domaines. Un déséquilibre des naissances très préoccupant.
Il naît en Inde moins de neuf filles pour dix garçons, alors que la situation naturelle est la quasi-égalité entre les deux sexes. Ce déséquilibre est principalement dû au désir traditionnel des familles indiennes d’avoir des garçons qui pourront perpétuer l’héritage familial et s’occuper des parents âgés.

La fille est un coût

À l’inverse, une fille est perçue comme une charge. il faudra payer une dot lors de son mariage et elle partira ensuite dans le foyer de son mari. Tous ces préjugés poussent les femmes à avorter de ces fœtus féminins. Une loi de 1994 interdit déjà à un médecin de révéler le sexe du fœtus à la famille sous peine d’être condamné à trois ans de prison. Les plus pauvres, qui n’ont pas les moyens d’enfreindre la loi, font davantage d’enfants jusqu’à obtenir un garçon.

21 millions de filles non désirées

Selon cette étude gouvernementale, 21 millions de filles sont nées non désirées ces dernières années. Celles-ci sont ainsi moins bien nourries. Les parents les envoient rarement à l’école secondaire, les privant ainsi de tout avenir. Ces pratiques coutumières ne disparaissent pas avec l’enrichissement des foyers, au contraire. Seuls les plus riches disposent de moyens supplémentaires pour corrompre les médecins et réaliser des avortements clandestins.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK