L'Inde achète des systèmes antiaériens à la Russie pour 5,2 milliards de dollars

L'Inde a acheté ce vendredi à la Russie des systèmes de défense antiaérienne S-400 à l'occasion de la visite à New Delhi du président russe Vladimir Poutine, un contrat susceptible d'agacer Washington.

"Les parties ont salué la conclusion du contrat pour la fourniture du système de missiles sol-air longue portée S-400 à l'Inde", rapporte le texte d'un communiqué conjoint.

La transaction s'élève à 5,2 milliards de dollars, selon des responsables diplomatiques indiens joints par l'AFP.

De manière remarquable, ni Vladimir Poutine ni le Premier ministre indien Narendra Modi n'ont annoncé publiquement ce contrat lors de leur allocution conjointe à la presse à l'issue de leurs pourparlers.

L'Inde espère une dérogation de Washington

Il a fallu attendre la publication de la déclaration commune une demi-heure plus tard pour trouver, enfouie dans le texte, une confirmation officielle de ce contrat auquel s'opposent les États-Unis.

"Le contrat S-400 a été signé aujourd'hui à 11h par un haut responsable des affaires étrangères et le directeur-général de Rosoboronexport de Russie", a déclaré à l'AFP un haut responsable gouvernemental. Les livraisons doivent débuter d'ici fin 2020, a précisé cette source.

Les négociations pour l'acquisition de ce dispositif de missiles sol-air étaient en cours depuis de nombreux mois mais butaient sur les menaces de sanctions brandies par les États-Unis en cas d'achat d'armement russe.

Le Congrès américain a adopté en 2017 une loi afin de punir la Russie pour son attitude en Ukraine et pour son ingérence présumée dans l'élection présidentielle américaine. Cette législation impose des sanctions économiques contre toute entité ou pays qui conclut des contrats d'armement avec des entreprises russes.

L'Inde espère obtenir une dérogation de Washington mais n'a pour l'instant reçu de sa part que des mises en garde. Les États-Unis peuvent toutefois difficilement se permettre de froisser leur allié indien, les deux puissances ayant le même intérêt à contrebalancer la montée de la Chine en Asie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK