L'ex-président algérien Bouteflika inhumé avec moins d'honneurs que ses prédécesseurs

L'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika a été inhumé dimanche au carré des martyrs du cimetière d'El Alia à Alger, réservé aux héros de la guerre d'indépendance, mais il a eu droit à bien moins d'honneurs que ses prédécesseurs.

Chassé du pouvoir en 2019 après 20 ans à la tête de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika s'est éteint vendredi à l'âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée de Zeralda dans l'ouest d'Alger.

Le cortège funèbre est arrivé au cimetière d'El Alia, après avoir parcouru une trentaine de km depuis Zeralda. La dépouille a été portée sur un affût de canon tiré par un véhicule blindé couvert de fleurs.

Aux côtés de membres de la famille, le président Abdelmadjid Tebboune, les ministres et des diplomates étrangers étaient présents au cimetière.

L'exposition de la dépouille a été annulée

Signe d'un certain embarras officiel, l'exposition de la dépouille initialement prévue pour un hommage des dignitaires et du grand public au Palais du peuple d'Alger, a été annulée, selon des sources concordantes.

Les corps des prédécesseurs de Bouteflika et même son ex-chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah ont tous été exposés dans ce bâtiment d'apparat avant d'être enterrés.

Le ministre des Moudjahidine (les anciens combattants), Laïd Rebigua, a prononcé l'oraison funèbre.

La dépouille d'Abdelaziz Bouteflika a ensuite été mise en terre au carré des Martyrs où reposent ses prédécesseurs, aux côtés des figures de la guerre d'indépendance (1954-1962).

Tous les anciens chefs d'Etat ont eu droit à des funérailles solennelles et huit jours de deuil national.

Après l'annonce du décès du président déchu vendredi par une simple brève lue à la télévision nationale, les médias officiels lui ont réservé un traitement minimaliste. 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK