L'Europe va mieux connecter ses industries civile, spatiale et de la défense

L'Europe va mieux connecter ses industries civile, spatiale et de la défense
L'Europe va mieux connecter ses industries civile, spatiale et de la défense - © YVES HERMAN - AFP

La Commission européenne a présenté lundi son premier plan d'action visant à accroître les synergies entre les industries civile, spatiale et de la défense, sources d'innovations technologiques et d'autonomie stratégique.

L'informatique en nuage ("cloud"), les processeurs, le cyber-renseignement, l'intelligence quantique et l'intelligence artificielle sont quelques-uns des domaines-clé qui seront plus spécialement connectés.

Un observatoire des technologies essentielles soutiendra cet effort, qui passera pour commencer par trois projets-phares: les drones (comment intégrer dans la technologie civile le savoir-faire militaire), la gestion des débris de l'espace (comment garantir aux satellites qui se multiplient l'évitement de collisions avec les débris spatiaux), ainsi que la connectivité spatiale sécurisée (notamment avec le haut débit fondé sur le chiffrement quantique).

Un accent particulier sera mis sur les spin-off, les "jeunes pousses" et les incubateurs, notamment en les aidant à cheminer dans le labyrinthe des financements européens (programme spatial de l'Union, Horizon Europe, Europe numérique, mécanisme pour l'interconnexion en Europe, le Fonds pour la sécurité intérieure, etc.)

Le plan se fonde surtout sur le nouveau Fonds européen de la Défense, doté chaque année d'un budget d'un milliard d'euros devant produire un effet de levier.

L'Europe fait face à une concurrence mondiale sans précédent dans un contexte géopolitique en mutation, fait valoir la Commission. L'accroissement des investissements en faveur de technologies ayant une application dans les domaines civil, spatial ou de la défense peut aider l'Union à conserver sa base industrielle, à répondre à la concurrence géopolitique et à renforcer sa souveraineté technologique, selon l'exécutif européen.

La Commission a baptisé son nouveu-né "plan 'ceinture à trois points'", en référence à ce produit le plus emblématique passé du secteur de la défense au secteur civil. Inventée il y a 60 ans par l'ingénieur suédois Nils Ivar Bohlin sur base d'un harnais à quatre points pour l'aviation de chasse, la ceinture de sécurité à trois points est devenue une norme mondiale dans l'industrie automobile et a sauvé plus d'un million de vies depuis son introduction. L'apport de la recherche en matière de défense à l'industrie civile est aussi passé par internet, le GPS ou même le ruban adhésif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK