L'Europe, responsable de tous les maux italiens?

L'Europe, responsable de tous les maux italiens?
L'Europe, responsable de tous les maux italiens? - © GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Depuis le mois de juin, l'Italie est gouvernée par le M5S et La Ligue, deux partis populistes et souverainistes. Les deux partis du gouvernement ont toujours pointé du doigt l'Union européenne, responsable selon eux de tous les maux des Italiens. Qu'est-ce qui a créé ces doutes face au projet européen? Eclairage avec Christian Blasberg, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Luiss de Rome.

Pourquoi ce scepticisme face à l'Europe?

"Il y a deux vérités. Une vérité est que les Italiens ne sont pas complètement anti-européens, mais sont très critiques à l’Europe. L’autre vérité, c’est que l’Europe a aussi fait des erreurs avec l’Italie, surtout en ce qui concerne la question des immigrants et l’échec d’un accord européen pour accueillir les immigrants. Ça punit surtout l’Italie, qui est pratiquement en front de ce problème-là. Il y a donc une certaine raison pour les Italiens de parler de ça. Cela dit, je ne crois pas que l’Italie a vraiment un esprit anti-européen. C’est un esprit critique, un esprit alternatif européen."

Y a-t-il une évolution du sentiment europhobe des Italiens depuis la mise en place de ce gouvernement populiste?

"Bien sûr, et il y a aussi des mesures qui ont un peu nourri ça. Notamment quand Monsieur Salvini a interdit aux bateaux méditerranéens de rejoindre les ports italiens. C’est donc sûrement un pas très important qui a alimenté ces sentiments-là. D’un autre côté, c’était il y a déjà quelques mois. Dernièrement, il n’y a pas eu de grands événements de ce type-là, donc la situation est peut-être en train de se calmer un peu. On verra donc quel sera l’impact sur les élections."

Entre les slogans de campagne de l’année dernière et la pratique du pouvoir, il y a un véritable fossé. Est-ce que l’expérience Ligue/Mouvement 5 étoiles peut réussir ?

"Difficile à dire. Il y a beaucoup de voix qui disent que ça va échouer. Mais il y a aussi des raisons qui pourraient contribuer à faire durer ces gouvernements encore plus, surtout si on regarde les alternatives possibles pour les deux partenaires parce que tous les deux n’ont pas d’autres alternatives. La Lega pourrait seulement tourner avec ses vieux alliés de centre-droit, Forza Italia de Berlusconi, et les 5 étoiles ne savent pas où aller s’ils ne vont pas avec ces gouvernements. Ca pourrait les mettre ensemble encore plus."

Vous pensez que Matteo Salvini pourrait décider après les élections européennes de tirer la prise ?

"C’est une possibilité, mais il peut le faire seulement en dissolvant le Parlement italien. Ça veut donc dire qu’il faut des nouvelles élections, et à ce moment-là, la Lega pourrait peut-être avoir 35%, et ça pourrait complètement changer les rapports de force dans le parlement italien et porter un nouveau gouvernement. C’est possible."

"Il faut aussi dire qu’il y a une attitude de différenciation du fascisme. Il n’y a pas la condamnation complète du fascisme dans une grande partie de la population italienne. On a vu il y a quelques jours les affirmations du président du Parlement européen, Antonio Tajani, qui n’est pas de la Lega. Il a dit que le fascisme a fait de bonnes choses et ça a causé beaucoup de discussions."

Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK