L'Europe post-covid a-t-elle les moyens de ses ambitions?

La présidente de la Commission européenne a donné son premier discours sur l'état de l'Union ce matin à Bruxelles. Une Union européenne fragilisée par la crise sanitaire, visant un plan de relance inédit et un green deal ambitieux. En a-t-elle les moyens? Pour en débattre, sur le plateau de CQFD, deux invités: Saskia Bricmont, députée européenne Ecolo et Christophe Hansen, député européen PPE. 

"Une Union européenne de la santé"

"Ursula von der Leyen s'est aujourd'hui adressée aux députés, mais son message, je l'espère, atteint aussi les Etats Membres, soit le Conseil européen", explique Saskia Bricmont. La présidente de la Commission a notamment appelé les eurodéputés à une "Union européenne de la santé". "Mais c'est essentiellement à l'échelle des Etats que cette envie d'une Europe commune sur le plan de la santé doit venir", estime l'eurodéputée Ecolo. 

Christophe Hansenle le regrette: "les Etats Membres coupent le budget nécessaire pour arriver à cette Union européenne de la santé. Les fonds relatifs sont passés de 9,4 milliards à 1,7 milliards d'euros, soit une coupe énorme. Avec budget réduit, comment faire plus?", s'interroge l'eurodéputé PPE.

Les deux eurodéputés pointent l'attitude des Etats Membres dans la gestion de la crise sanitaire: "la première réaction a été le repli sur soi et la volonté de gérer soi-même, jusqu'à la réalisation de notre codépendance collective de matériel sanitaire venu de Chine et de bouts de chaînes. Beaucoup ont alors pris conscience de cette nécessité d'avoir une solidarité européenne, tant sur le plan économique que sur le plan logistique", avance Saskia Bricmont qui appelle à davantage de débat avec le Conseil.

La Commission est-elle à la hauteur de l'enjeu climatique?

La Commission européenne a présenté ce matin un objectif climatique plus ambitieux: - 55% des émissions de gaz à effet de serre en 2030, contre - 40% actuellement. Objectif: atteindre la neutralité carbone en 2050, pierre angulaire du Green Deal. Les eurodéputés de la commission Environnement plaident eux pour un objectif de - 60%. Et selon les principales organisations de défense de l'environnement, il faut - 65% au moins pour avoir des chances de respecter l'accord de Paris. 

Saskia Bricmont regrette que ce nouvel objectif n'ait pas été annoncé avec une réforme de la politique agricole commune ou de la politique commerciale européenne. Sans approche structurante et cohérente, "on n'y arrivera pas", estime-t-elle.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L'entièreté du débat à revoir ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK