L'Europe injecte 25 millions d'euros dans l'entrepreneuriat social en Belgique

"Grâce à l'entrepreneuriat social, la Belgique dynamisera sa croissance économique tout en soutenant ses citoyens les plus vulnérables", escompte la commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales, la belge Marianne Thyssen.
"Grâce à l'entrepreneuriat social, la Belgique dynamisera sa croissance économique tout en soutenant ses citoyens les plus vulnérables", escompte la commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales, la belge Marianne Thyssen. - © ARIS OIKONOMOU - AFP

La Commission européenne a annoncé vendredi l'injection de 25 millions d'euros dans deux coopératives belges d'entrepreneuriat social, Crédal (Wallonie-Bruxelles) et Hefboom (Flandre-Bruxelles), dans le cadre du plan Juncker.

Le Fonds européen d'investissement (FEI) a signé avec Credal et Hefboom deux accords de garantie leur permettant de fournir des prêts à 530 entreprises sociales en démarrage et en développement au cours des cinq prochaines années.

Les entrepreneurs sociaux pourront ainsi bénéficier de prêts exemptés des exigences en matière de garantie dans le cadre du programme soutenu par l'UE. Credal et Hefboom cibleront principalement les jeunes entreprises et les entreprises qui ont souffert de la crise financière.

"Grâce à l'entrepreneuriat social, la Belgique dynamisera sa croissance économique tout en soutenant ses citoyens les plus vulnérables", escompte la commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales, la belge Marianne Thyssen. Les entreprises sociales éprouvent souvent des difficultés à accéder aux financements des prêteurs traditionnels.

Crédal et Hefboom sont membres de FEBEA, la Fédération européenne des banques éthiques et alternatives. "Lorsque nous avons commencé à recevoir des demandes de financement de la part d'entreprises sociales, c'était un peu une révolution chez nous", commente la présidente de Crédal Isabelle Philippe. "Traditionnellement, notre activité consistait à prêter à des organisations à but non lucratif. Nous avons dû créer un prêt spécifique pour ces nouvelles entreprises à but lucratif. A notre grande surprise, beaucoup d'entre elles préféraient un financier comme nous à une banque, car nous partageons de nombreuses valeurs communes."

Pour le président de Hefboom, Antoon Vandevelde, "la garantie apportée par l'Europe permet de financer des projets encore plus innovants, sociaux et durables. Ces initiatives souvent jeunes, ces entreprises sociales, cherchent à avoir un impact social plutôt que de constituer des actifs financiers. Ces projets sont donc plus risqués et moins attrayants pour les financiers traditionnels."

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK