L'eurodéputé polonais Korwin-Mikke sera sanctionné pour ses propos sexistes

L'eurodéputé polonais Korwin-Mikke sera sanctionné pour ses propos sexistes
L'eurodéputé polonais Korwin-Mikke sera sanctionné pour ses propos sexistes - © JANEK SKARZYNSKI - AFP

L'eurodéputé polonais d'extrême-droite Janusz Korwin-Mikke sera sanctionné pour les propos sexistes qu'il a tenus mercredi dernier lors d'une plénière du Parlement européen à Bruxelles, a décidé jeudi la conférence des présidents de cet hémicycle.

500 millions de citoyens européens

Coutumier des dérapages racistes, M. Korwin-Mikke s'était cette fois illustré en proférant des remarques insultantes à l'égard des femmes, les qualifiant d'inférieures aux hommes. "Bien entendu, les femmes doivent gagner moins que les hommes, parce qu'elle sont plus faibles, elle sont plus petites et elles sont moins intelligentes", avait-il lancé en séance plénière.

"Entendre ce genre de déclarations absurdes au comptoir d'un café, c'est déjà assez grave, mais les entendre dans un lieu qui doit représenter 500 millions de citoyens européens, c'est juste inimaginable. Nous ne pouvons pas permettre que des membres du Parlement tiennent des propos qui entrent directement en conflit avec les valeurs fondamentales de l'Union, dont l'égalité des sexes et la non-discrimination font partie", a commenté l'eurodéputée belge Kathleen Van Brempt (sp.a/S&D). La sanction qui sera prise à l'encontre du député d'extrême-droite devra être décidée la semaine prochaine.

Nègres

Janusz Korwin-Mikke avait déjà été sanctionné en juillet 2016 par le Parlement pour avoir déclaré que l'arrivée massive d'immigrants en Europe était comparable à un "déversement d'excréments". Il avait alors été privé de dix jours d'indemnités de présence au Parlement (soit 3060 euros) et suspendu de toute activité parlementaire pendant cinq jours.

En octobre 2015, l'élu d'extrême droite avait par ailleurs été épinglé pour avoir fait un salut hitlérien dans l'hémicycle, alors qu'il avait aussi suscité l'indignation un an plus tôt en comparant les jeunes chômeurs à des "nègres".

Après ses propos sexistes, une pétition demandant l'exclusion temporaire du député de l'hémicycle européen avait été lancée sur le web. Elle a rassemblé près de 650 000 signatures.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir