L'eurodéputé Pierre Larrouturou interrompt sa grève de la faim : "L'Europe est-elle au service des banquiers, des milliardaires, des traders ?"

L’eurodéputé Pierre Larrouturou interrompt sa grève de la faim : "L’Europe est-elle au service des banquiers, des milliardaires, des traders ?"
L’eurodéputé Pierre Larrouturou interrompt sa grève de la faim : "L’Europe est-elle au service des banquiers, des milliardaires, des traders ?" - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

L’eurodéputé socialiste français Pierre Larrouturou a annoncé qu’il mettait fin à sa grève de la faim, entamée il y a 18 jours au Parlement européen à Bruxelles. Il réclame un renforcement du budget de l’UE en faveur du climat et de la santé, en faisant voter une taxe sur les transactions financières, une taxe qui pourrait rapporter 57 milliards d’euros par an, de quoi soutenir le projet de "Pacte vert" du Parlement européen.

L’élu de 56 ans a perdu 10 kilos en 18 jours. Il a rejoint sa famille à Paris avant de revenir à Bruxelles, où il tiendra une conférence de presse mardi. Interview.

Pierre Larrouturou, comment vous sentez-vous ?

"Très bien, je suis un costaud ! Mais les médecins du Parlement m’ont demandé d’arrêter ma grève parce qu’au bout de 18 jours, je risquais de faire des malaises et d’aller aux urgences, et je pense que ce n’est vraiment pas le moment d’encombrer les urgences des hôpitaux ! Depuis le début je dis que mon but n’est pas de mourir, mais d’éviter des millions de morts, parce que si on ne fait rien pour le climat on va droit vers la catastrophe.

Mais pendant ces 18 jours, il y a des millions de gens en Belgique, en France, en Allemagne, dans 14 pays, qui ont relayé nos idées, donc le débat est lancé ! Et mardi nous organisons une conférence de presse, avec des élus politiques de droite et de gauche, des syndicalistes, des ONG et des climatologues.

Il y a une échéance : les 10 et 11 décembre, il y a un conseil européen qui doit décider de l’ambition climat de l’Europe pour les 10 ans qui viennent, et on sait qu’il y a beaucoup de pays qui vont bloquer s’il n’y a pas de financement pour isoler les maisons, créer des transports en commun. Donc on continue à se battre de manière collective, pour obtenir de l’argent en taxant la spéculation".

C’est contre les banques que vous en avez ? Taxer leurs transactions financières ? Prendre aux riches pour donner aux pauvres. L’idée paraît simple, alors pourquoi cela bloque-t-il ainsi ?

"C’est une idée de bon sens et en même temps de justice fiscale : tout le monde doit payer la TVA, même les gens qui vivent dans la rue, même ceux qui vivent avec un 'minimum vieillesse' de 800 euros par mois. Ils doivent payer 6% de TVA pour manger, pour payer les services publics, l’éducation, la santé, la défense. Par contre, les marchés financiers aujourd’hui, c’est 0,0%. C’est vraiment choquant.


►►► A lire aussi: Taxe sur les transactions financières : "Ce qui bloque ? La France et le lobby bancaire", selon Pierre Larrouturou


On propose de les taxer à 0,1%. Cela fait 10 ans que le Parlement européen se bat avec d’autres pour cette idée. Tout est prêt techniquement, il y a même eu une directive proposée par la Commission Barroso en 2011, il y a eu 1200 pages d’études d’impact, tout est prêt, simplement il y a un lobby bancaire qui bloque.

Cette toute petite taxe de 0,1% rapporterait plus de 50 milliards par an. Alors évidemment, on prendra cet argent à des gens qui l’ont. Un trader qui a 8 millions d’euros de bonus en plus de son salaire, peut être qu’à la place de 8 millions il aura 500.000 euros. Mais je suis persuadé qu’il arrivera à vivre avec cela ! Donc il y a un choix à faire : l’Europe est-elle au service des banquiers, des milliardaires, des traders ? Ou est-elle prête à mettre la finance au service des hôpitaux, du climat et de la vie ?

75% des Belges sont d’accord avec ce combat, 82% des Allemands, c’est un lobby financier qui bloque, et c’est pour cela qu’il faut un lobby citoyen (relayé par le site taxonslaspeculation.eu).

Macron, le président des banques ?

"68% des eurodéputés sont d’accord avec ce projet. Le blocage vient donc des lobbys financiers. On fait de grands discours : Emmanuel Macron va organiser une grand-messe pour les 5 ans de l’accord de Paris, mais concrètement, notre bilan carbone ne s’est pas du tout amélioré depuis 5 ans.

Angela Merkel a envie d’avoir un accord sur le climat lors du conseil du 10 décembre. Maintenant, c’est le président français qui bloque. La France n’est prête qu’à taxer à peine 1% des transactions financières.

Malgré le ralentissement économique (dû au Covid), 2020 va être une des pires années dans l’évolution du CO2 à cause des feux de forêts. Des feux de forêt en Australie qui ont fait 440 morts, des feux de forêt en Sibérie où il régnait 38 degrés il y a quelques mois, sur ce territoire gelé autrefois. Le climat s’emballe. On n’a plus que quelques années pour agir, et ce que l’on négocie c’est le budget climat.

On a l’impression que plus ça va mal pour l’économie réelle, pour les gens, pour les hôpitaux, pour les entreprises, et plus il y a d’argent sur les marchés financiers. La semaine dernière, +7% en une semaine avant même l’annonce de la découverte possible d’un vaccin !"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK