"L'Etat de droit s'est imposé" pour un Mariano Rajoy vivement critiqué: "il n'y a pas eu de référendum en Catalogne"

"L'Etat de droit s'est imposé" pour un Mariano Rajoy vivement critiqué: "il n'y a pas eu de référendum en Catalogne"
"L'Etat de droit s'est imposé" pour un Mariano Rajoy vivement critiqué: "il n'y a pas eu de référendum en Catalogne" - © JAVIER SORIANO - AFP

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a affirmé dimanche que l'Etat de droit avait prévalu en Catalogne en empêchant la tenue d'un référendum d'autodétermination interdit par la justice.

"Aujourd'hui, il n'y a pas eu de référendum d'autodétermination en Catalogne. L'Etat de droit reste en vigueur avec toute sa force", a déclaré le dirigeant conservateur lors d'une allocation télévisée. Les forces de sécurité "ont fait leur devoir" en Catalogne et "respecté le mandat de la justice" qui avait interdit le référendum, a-t-il, également précisé, même si "il aurait été plus facile pour tous de regarder de l'autre côté", a ajouté le dirigeant conservateur. 

Le référendum a été "une simple mise en scène, un épisode de plus d'une stratégie contre la coexistence démocratique et la légalité", a ajouté M. Rajoy, estimant que "l'on a assisté à l'échec d'un processus qui n'a servi qu'à semer la division, à pousser les citoyens à la confrontation et les rues à la révolte".

"Je ne vais fermer aucune porte, je ne l'ai jamais fait (...) mais cela sera toujours dans le cadre de la loi et de la démocratie", a-t-il conclu.

Plusieurs analystes et médias parlaient pourtant ce dimanche soir d'une victoire légale, mais d'une défaite politique de Marina Rajoy, qualifié de lâche par la maire de Barcelone Ada Colau, qui appelait à sa démission: Il "a dépassé toutes les bornes", "c'est un lâche et il n'est pas à la hauteur de sa responsabilité d'homme d'Etat (...) Par conséquent, Mariano Rajoy doit démissionner", a déclaré aux journalistes Mme Colau, pourtant opposée à l'indépendance de la Catalogne.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK