L'Espagne, dégradée par Fitch, suit-elle doucement la voie de la Grèce?

L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, a vu sa note abaissée de A à BBB par l'agence de notation Fitch, c'est-à-dire de trois crans. L'agence a évoqué le coût d'une restructuration du secteur bancaire, chiffré entre 60 et 100 milliards d'euros.

Cette situation rend de plus en plus probable le scénario d'une aide financière européenne à l'Espagne. C'est aussi l'avis de Standard & Poor's, une autre agence de notation financière. Dans ce contexte morose, l'Espagne a réussi à emprunter plus de 2 milliards d'euros sur les marchés. Mais, les autorités espagnoles ont dû concéder des taux d'intérêt en forte hausse.

La situation économique espagnole est particulièrement préoccupante. Le pays détient le triste record du taux de chômage le plus élevé de la zone euro. Un quart de la population active est sans emploi. Les Régions du pays sont endettées. La situation des banques est catastrophique et les Espagnols craignent le pire. Certains commencent à retirer leurs économies.

Le gouvernement espagnol doit prendre une décision, dans les quinze jours, sur un éventuel appel à l'aide internationale. L'Espagne est particulièrement vulnérable à une contagion émanant de la crise grecque. Plus la Grèce va mal, plus l'Espagne se porte mal. Et, plus la zone Euro va mal.

Face à cette situation potentiellement explosive pour l'eurozone, celle-ci se tient prête à venir en aide au secteur bancaire espagnol, dans le cas où Madrid en ferait la demande, a affirmé jeudi le chef de file de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Nicolas Willems avec Ju. Vl.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK