L'Élysée accuse Benalla d'avoir obtenu un passeport de service grâce à un faux

L'Élysée accuse Benalla d'avoir obtenu un passeport de service grâce à un faux
2 images
L'Élysée accuse Benalla d'avoir obtenu un passeport de service grâce à un faux - © BERTRAND GUAY - AFP

L'ancien chargé de mission de l'Élysée, Alexandre Benalla, a obtenu un passeport de service qu'il avait sollicité par "une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet" de l'Elysée non signée, a affirmé mercredi devant le Sénat le directeur de cabinet de la présidence de la République française, Patrick Strzoda.

"Pour obtenir ce passeport, Monsieur Benalla a adressé au ministère de l'Intérieur une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet, une note non signée de façon manuscrite", a indiqué Patrick Strzoda devant la commission d'enquête du Sénat, en indiquant qu'il "soupçonnait une falsification" et que la justice avait été saisie.

Patrick Strzoda a aussi reconnu "des dysfonctionnements ou des manques de réactivité" concernant un téléphone sécurisé dont Alexandre Benalla est resté en possession après son licenciement par l'Elysée. Le directeur de cabinet a précisé avoir "hier soir", mardi, "déclenché une enquête interne" sur la question de la non-restitution de ce téléphone, révélée par Le Canard enchaîné dans son édition de mercredi. "L'enquête est en cours, j'en aurai très vite les résultats et j'en tirerai toutes les conséquences", a-t-il ajouté. Au moment de son licenciement, l'ancien chargé de mission "aurait dû rendre ce combiné". "En l'occurrence l'obligation n'a pas été respectée".

20 utilisations sur cinq mois

La presse avait révélé peu avant Noël que l'ancien collaborateur du président français Emmanuel Macron disposait toujours de passeports diplomatiques et qu'il effectuait des voyages d'affaires auprès de dirigeants africains.

"M. Benalla a utilisé presque une vingtaine de fois ses passeports entre le 1er août 2018 et le 31 décembre 2018", a déclaré Patrick Strzoda devant la commission des Lois du Sénat constituée en commission d'enquête. La première utilisation de ces documents remontait au 7 août.

Cette déclaration contredit directement l'affirmation d'Alexandre Benalla lors de sa propre audition le 19 septembre, selon laquelle il avait laissé dans son bureau de l'Elysée les passeports diplomatiques qu'il avait utilisés dans le cadre de ses fonctions de chargé de mission à la présidence de la République.

Failles du système

Patrick Strzoda a expliqué mercredi qu'un inventaire du bureau d'Alexandre Benalla avait été effectué le 2 août, au lendemain de son départ de l'Elysée, et que les passeports ne s'y trouvaient pas. Il a également affirmé que les affaires personnelles de l'ex-collaborateur avaient été déposées dans un carton fermé qu'il n'est jamais venu chercher malgré plusieurs sollicitations. "On est confronté à un comportement fautif d'un individu qui a peut-être profité de failles du système", a-t-il indiqué.

Benalla avait été en possession de deux passeports de service. Le premier délivré en 2016, "bien avant" son arrivée à l'Elysée, le deuxième le 28 juin 2018. Les démarches pour invalider ces passeports "ont été faites la veille de son départ" de l'Elysée et ils ont été invalidés le 31 juillet 2018, a ajouté Patrick Strzoda.

Archives : Brut ‎28‎/‎12‎/‎2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK