L'EI derrière les réfugiés libyens? "Ça pourrait devenir une réalité"

L'EI derrière les réfugiés libyens? "Ca pourrait devenir une réalité"
L'EI derrière les réfugiés libyens? "Ca pourrait devenir une réalité" - © ALBERTO PIZZOLI - BELGAIMAGE

Le conseil de sécurité de l'ONU se réunit ce mercredi. L'Egypte, soutenue par la France et l'Italie, voudrait une coalition internationale pour lutter contre l'EI en Libye. Pendant ce temps, jamais autant de réfugiés n'ont échoué sur les côtes italiennes ces derniers jours. La RTBF a interrogé Leonard Doyle, porte-parole de l'Organisation mondiale des migrations.

Pour lutter contre le groupe terroriste Etat Islamique, l'Egypte, avec l'appui de la France et de l'Italie, veut qu'une coalition internationale soit mise sur pied. Avec un mandat des Nations Unies. Le conseil de sécurité se réunira donc ce mercredi.

Pour l'Italie, combattre en Libye, ce serait avec l'ambition de juguler le flux de migrants qui fuient les violences. D'autant que parmi eux, pourraient se cacher des jihadistes, des terroristes potentiels. Jamais autant de réfugiés n'ont échoué sur les côtes italiennes, ces derniers jours.

Le porte-parole de l'Organisation mondiale des migrations, Leonard Doyle, explique : "On en a eu jusqu’à 4400 le week-end. Il y a 12 bateaux pneumatiques qui ont quitté la Libye". L’île de Lampedusa est submergée : "C’est un grand problème. Il y a en a plus que 4000 maintenant, ils sont à l’extérieur, il faut des secours d’urgence pour eux. Mais ils savent souvent très bien où aller, souvent ils ont des amis".

Leonard Doyle dénonce le trafic qui s’est mis en place : "Il n’y a pas de lois en Libye. Et les milices utilisent les migrants pour gagner de l’argent".

Quant à la possibilité que l’Etat islamique utilise les réfugiés pour déstabiliser l’Europe, il n’y croit pas pour le moment : "Ce sont des craintes, il n’y a pas de réalité derrière cela. Mais si l’Etat islamique devient encore plus fort en Libye, ça pourrait devenir une réalité".

Avec Françoise Wallemacq

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK