L. Bettencourt: enquête sur des conversations enregistrées

RTBF
RTBF - © RTBF

Une enquête a été ouverte après la découverte d'enregistrements de conversations piratées entre Liliane Bettencourt, l'héritière de la société L'Oréal, et ses avocats, un rebondissement avant le procès très attendu d'un photographe jugé pour abus de faiblesse de la milliardaire.

Du 1er au 6 juillet à Nanterre (ouest de Paris), l'artiste François-Marie Banier sera jugé, accusé par la fille unique de la milliardaire d'avoir profité de la fragilité de sa mère pour obtenir près d'un milliard d'euros de dons, sous forme de chèques, de tableaux de maîtres ou de contrats d'assurance-vie.

L'enquête sur les enregistrements a été ouverte "en début de semaine" pour "atteinte à la vie privée" après la transmission à la police de ces documents par la fille de la milliardaire, Françoise Bettencourt-Meyers, selon le parquet de Nanterre.

Selon l'avocat de François Bettencourt-Meyers, Me Olivier Metzner, les enregistrements "ont été transmis par un ancien employé de Liliane Bettencourt". "Dès qu'elle les a reçus, ma cliente les a transmis à la police", a ajouté Me Metzner, sans donner de détails sur le contenu des enregistrements.

D'après le site internet Mediapart, qui a révélé l'existence de ces documents audio, les conversations auraient été enregistrées entre mai 2009 et mai 2010 par le maître d'hôtel de Liliane Bettencourt, sur dictaphone.

Selon Médiapart, les enregistrements pirates mettraient ainsi en lumière la fragilité psychologique de la milliardaire, âgée de 87 ans et sujette à de nombreuses pertes de mémoire.

Ils révéleraient aussi des opérations financières destinées à échapper au fisc et l'intérêt pour cette affaire du président Nicolas Sarkozy.

Lors d'une conversation privée enregistrée le 23 avril 2010, le gestionnaire de la fortune de Lilianne Bettencourt aurait ainsi expliqué à la milliardaire avoir vu le conseiller pour les affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy jusque fin 2009 qui lui aurait dit que le président français s'intéressait de près à cette affaire.

D'après AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK