L'Autriche mobilise 500 soldats pour faire face à la crise des migrants

Le centre de premier accueil de Traiskirchen, au sud de Vienne, est complètement saturé
Le centre de premier accueil de Traiskirchen, au sud de Vienne, est complètement saturé - © Archive JOE KLAMAR - AFP

L'armée autrichienne va déployer plus de 500 soldats pour aider les autorités à gérer le vaste afflux de migrants venus de Hongrie et d'Italie, a annoncé mardi le ministre de la Défense autrichien.

"Nous allons mettre à disposition autant d'hommes que nécessaire", a déclaré Gerald Klug avant une réunion ministérielle visant à débattre d'une série de mesures pour faire face à la crise migratoire, y compris davantage d'effectifs pour enregistrer les migrants.

Les soldats vont aider à convoyer des personnes et des équipements, à construire des hébergements et à organiser l'approvisionnement en nourriture.

Pour l'instant, ils ne seront pas déployés aux frontières de l'Autriche. Une telle décision n'interviendra qu'"en dernier recours", a indiqué la ministre de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner.

Le gouvernement a également nommé un "coordinateur migratoire" et désigné l'ancien banquier Christian Konrad pour assumer cette fonction.

Centre saturé

L'Autriche, très touchée par cette crise migratoire en raison de sa situation frontalière à la fois de l'Italie et de la Hongrie, fait face à un afflux massif de migrants.

Son principal centre de réfugiés, le centre de premier accueil de Traiskirchen, au sud de Vienne, est totalement saturé et des centaines de personnes sont contraintes de dormir en plein air en raison de cet engorgement.

Le gouvernement fédéral accuse les Länder (Etats fédérés autrichiens) de traîner des pieds pour leur fournir un hébergement.

Le nombre de demandes d'asile en Autriche a bondi ces derniers mois, avec plus de 28.300 demandes enregistrées entre janvier et juin, soit autant que pour toute l'année 2014, et les autorités tablent sur un total de 80.000 en 2015.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK