L'Australie rejoindrait les USA dans un conflit avec la Corée du Nord

Si il y a une attaque envers les Etats-Unis, l'Australie viendra en aide aux USA, comme l'Amérique viendra à notre secours si nous étions attaqués", Le Premier ministre australien Turnbull.
Si il y a une attaque envers les Etats-Unis, l'Australie viendra en aide aux USA, comme l'Amérique viendra à notre secours si nous étions attaqués", Le Premier ministre australien Turnbull. - © LUDOVIC MARIN - AFP

En cas d'attaque nord-coréenne visant le territoire américain, l'Australie rejoindrait les rangs américains dans le conflit, a indiqué le Premier ministre australien Malcom Turnbull vendredi.

Le Premier ministre conservateur a observé qu'en vertu du traité ANZUS avec Washington, l'Australie devrait venir en aide aux USA en cas d'attaque. "Si il y a une attaque envers les Etats-Unis, le traité ANZUS sera invoqué et l'Australie viendra en aide aux USA, comme l'Amérique viendra à notre secours si nous étions attaqués", a déclaré M. Turnbull interrogé à la radio. Il s'est entretenu avec le vice-président américain Mike Pence la veille au sujet du comportement du régime nord-coréen, qui a récemment menacé de frapper l'île américaine de Guam dans l'océan Pacifique.

Il n'a toutefois pas voulu indiquer si M. Pence avait tenu à s'assurer d'une assistance militaire spécifique de la part de l'Australie, mais a souligné que les termes de l'alliance entre Washington et Canberra étaient clairs.

"Conséquences terribles"

Le dirigeant australien a toutefois réaffirmé que son pays et les Etats-Unis étaient toujours confiants que les sanctions économiques envers le régime nord-coréen le forcerait à abandonner son programme d'armement nucléaire. "Mais bien sûr si la Corée du Nord décide de mettre en oeuvre ses menaces violentes alors bien entendu des conséquences terribles en suivront, il est inutile de minimiser cette évidence", a souligne M. Turnbull.

Le Président américain s'est exprimé en termes forts récemment au sujet des menaces nord-coréennes promettant "le feu et la colère" si Pyongyang mettait celles-ci à exécution. Il a encore assuré jeudi que sa formulation n'était "peut-être pas assez dure".

Entre temps, le régime isolé a fait monter d'un cran encore la tension, communiquant un plan détaillé pour tirer une salve de missiles sur l'île de Guam qui abrite des installations militaires américaines. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir