L'assaillant de Londres était en liberté conditionnelle: "Il faut appliquer les peines appropriées" clame Boris Johnson

L'assaillant de Londres était en liberté conditionnelle: "Il faut appliquer les peines appropriées" clame Boris Johnson
L'assaillant de Londres était en liberté conditionnelle: "Il faut appliquer les peines appropriées" clame Boris Johnson - © Tous droits réservés

La police britannique a identifié l'assaillant de London Bridge comme Usman Khan, un homme de 28 ans, qui avait déjà été condamné pour des faits de terrorisme et était sorti de prison l'an dernier. 

"L'individu était connu des autorités, il avait été condamné en 2012 pour des faits de terrorisme", a déclaré Neil Basu, un des responsables des services antiterroristes britanniques, ajoutant qu'il avait bénéficié d'une remise en liberté conditionnelle en décembre 2018.

D'après l'agence de presse PA, il avait été condamné à 16 ans de prison pour son appartenance à un groupe qui avait voulu commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres, le London Stock Exchange, et établir un camp d'entraînement terroriste au Pakistan. Il avait été condamné à une peine "illimité" avant que cette peine soit revue à 16 ans lors d'un appel en 2013. Il avait été remis en liberté conditionnelle au bout de 8 ans.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré vendredi soir qu'il était primordial que les criminels violents purgent leur peines.

"C'était une erreur de permettre aux criminels et violents de sortir plus tôt de la prison et il est très important de sortir de cette habitude et d’appliquer les peines appropriées aux criminels dangereux, en particulier les terroristes", a-t-il affirmé.

Une prise de parole vivement critiquée par ses opposants politiques,  mais aussi par la presse. Plusieurs journalistes ont regretté une déclaration “plutôt sujette à controverse”, ”électoraliste”, “servant à trouver des excuses”. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK