L'arrestation d'un gouverneur en Russie, inculpé de meurtres, provoque la colère des manifestants

Ils étaient des centaines dans les rues de la ville de Khabarovsk, dans la région de l'Extrême Orient russe. Les manifestants se sont rassemblés ce dimanche pour défendre le gouverneur de la région, Serguei Fourgal.

Ce dernier avait été arrêté jeudi dernier, puis placé en détention provisoire. Le gouverneur est accusé et inculpé de plusieurs meurtres d'hommes d'affaires dan les années 2000, des meurtres qu'il aurait organisés. Serguei Fourgal clame son innocence.

Et ses soutiens ne baissent pas les bras. Ces manifestations ont lieu pour la deuxième fois ce dimanche, après les rassemblements organisés samedi dans les rues de la capitale de cette région russe, réunissant entre 10 000 et 40 000 personnes selon les sources.

D'après les informations de l'agence de presse russe Tass, le cortège s'est dirigé vers le siège de l'administration centrale de la région, aux cris de "Liberté", et de "Moscou, va-t-en". "Nous l'avons élu et c'est à nous de le juger. Nous le soutenons et ne comprenons pas la raison pour laquelle il a été emmené à Moscou", déclare un manifestant devant les caméras, témoignant de son soutien sans failles à l'homme politique.

Serguei Fourgal est pourtant issu du parti nationaliste LDPR, opposant plutôt discret à Vladimir Poutine. Il avait été élu en 2018, avec plus de 70% des voix, face au candidat du Kremlin, issu du parti de Vladimir Poutine, Russie unie. 

Un opposant discret 

Ancien médecin, homme d'affaires et député du Parlement russe, avait soutenu les modifications constitutionnelles voulues par le président russe, pour renforcer son pouvoir. Mais les supporters du gouverneur en sont certains: cette affaire judiciaire vise à évincer une figure non affiliée au Kremlin.
"La défense ne se basera pas sur les aspects politiques de cette affaire, mais sur la réfutation des preuves et des accusations, a réagi son avocat, Boris Kojemiakine, Sergueï Ivanovitch nie catégoriquement toute implication dans l'accusation."
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK