L'armée centrafricaine en exil invitée à "revenir au pays"

"Il va falloir que les éléments de nos forces de défense et de sécurité ne craignent rien pour leur sécurité et leur protection, qu'ils prennent leur courage et qu'ils reviennent (...) je vais garantir leur sécurité", a déclaré le chef d'état-major des armées.

Après la prise de Bangui, une grande partie de l'armée mise en déroute par les rebelles du Séléka, avait fui la Centrafrique ou abandonné l'uniforme pour se fondre parmi les civils, craignant les représailles des nouveaux maîtres du pays.

"Je les comprends, et je sais que moi même si je n'avais pas le courage d'un général, je ne reviendrais pas (...) Mais j'ai pris mon courage en tant qu'officier, en tant que général pour revenir au pays", a ajouté cet officier supérieur du régime du président déchu François Bozizé, nommé à la tête de l'armée par le nouveau chef de l'Etat Michel Djotodia.

M. Dollé-Waya a affirmé que le président Djotodia avait "réuni tous les chefs de la Séléka et le staff de l'état-major" pendant 48 heures pour faire le point sur la situation sécuritaire dans le pays.

"J'en ai déduit vraiment une très bonne volonté. Et j'ai vu que les éléments de la Séléka ont également une bonne volonté pour que la sécurité et la paix reviennent dans ce pays", a déclaré le général.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK