L’anthropologue David Graeber, théoricien des "bullshit jobs" et membre d’Occupy Wall Street, est mort

"Un job à la con est une forme d’emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflu ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence." Cette phrase, tirée du livre 'Jobs à l con' ('Bullshit jobs', 2018) illustre ce que David Graeber a tenté, tout au long de son œuvre, de dénoncer. L’anthropologue américain est décédé à l’âge de 59 ans, a annoncé ce mercredi sa femme, Nina Dubrovsky.

Considéré comme un des penseurs modernes de l’anarchisme et de l’anticapitalisme, David Graeber s’était notamment fait connaître en 2011, en étant un des membres les plus influents du mouvement Occupy Wall Street à New York. Trois ans après la crise économique de 2008, les militants dénonçaient à l’époque les dérives du capitalisme financier et ses conséquences sur la société : expulsions de logements, chômage, désastres écologiques, etc. "Nous sommes les 99%", clamaient-ils, par opposition aux 1% les plus riches, selon une formule trouvée, dit-on, par Graeber lui-même.


►►► À lire aussi : Décès du philosophe Bernard Stiegler, expert français des conséquences sociales du numérique


Toute sa vie, David Graeber s’était élevé contre "la financiarisation du monde", comme il l’expliquait en 2018 au journal français Libération : "devenue le principal moteur du capitalisme, elle s’étend désormais à tout. Avec ses objectifs chiffrés, ses tableaux de bord, cette vision comptable a déteint partout." C’est ce qui avait mené à une situation absurde, celle des 'bullshit jobs', ces 'jobs à la con' qui se sont multipliés ces dernières années. "Des millions de personnes souffrent aujourd’hui d’un terrible manque de sens, couplé à un sentiment d’inutilité sociale", racontait Graeber au journal Le Monde.

Selon lui, le capitalisme a créé une société dans laquelle la finance ne crée pas de valeur et dans laquelle le travail est devenu une évidence, même lorsqu’il n’a pas d’utilité. "Le travail est aujourd’hui une part déterminante de notre identité – lorsqu’un inconnu vous demande ce que vous faites, vous répondez par votre métier, expliquait Graeber au Monde. Tel est le paradoxe de l’emploi contemporain : même lorsque les personnes détestent leur job, elles y restent profondément attachées."

Outre son ouvrage 'Jobs à la con', David Graeber avait également écrit des livres de théorie sur la pensée anarchiste et la démocratie sans État. "L’absence de pouvoir d’État signifie l’absence de tout mécanisme systématique de coercition pour mettre en application les décisions", écrivait-il en 2014 dans 'La démocratie aux marges'.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK