Bombardement en Syrie: la Russie accuse toujours la Belgique, mais les numéros d'avions ne correspondent pas

La Russie n'en démord pas et revient à la charge avec cette accusation ce jeudi : deux chasseurs-bombardiers belges, stationnés en Jordanie ont bien mené un raid meurtrier sur Khassadjek, un village syrien dans la régions d'Alep ce mardi. Six civils auraient été tués, et quatre blessés.

La Russie affirme détenir des images radar pour étayer cette accusation et avait promis de les fournir à la Belgique par les canaux diplomatiques et militaires.

Le ministère russe de la Défense précise que deux ravitaillements en vol ont eu lieu avant cette attaque et que les deux avions belges auraient ensuite pris la direction de l'Irak.

L'ambassadeur russe n'a pas apporté la preuve d'un bombardement d'un F-16 belge en Syrie

L'ambassadeur de Russie en Belgique n'a pas apporté la preuve d'une implication d'un F-16 belge dans un bombardement en Syrie, dans la région d'Alep, a indiqué jeudi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), à la Chambre.

L'ambassadeur a été convoqué aux Affaires étrangères pour entendre le mécontentement des autorités belges à propos des accusations portées par la Russie sur l'implication de la Belgique dans la mort d'au moins six civils dans un bombardement en Syrie.

Les numéros transmis par les Russes ne correspondent pas à des avions belges

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), a quant à lui répété qu'aucun appareil belge n'était présent dans la région à ce moment.

Il ressort des numéros d'avions transmis par les autorités russes qu'il ne s'agit pas de F-16 de l'armée belge, a indiqué le ministre de la Défense dans les couloirs de la Chambre.

Ces informations ont été transmises par la voie diplomatique à la Belgique. Les numéros d'avions fournis par les Russes ne correspondent pas aux numéros IFF transmis électroniquement par les avions belges, a expliqué le ministre flanqué du "patron" de la composante Air de l'armée, le général-major Frederik Vansina. "On mentionne des numéros qui ne sont pas les nôtres", a expliqué Tony Vandeput. Il s'agit toutefois de codes attribués à des pays de la coalition contre Daech qui opèrent dans la zone.

Le ministre attend des autorités russes qu'elles reconnaissent leur erreur et présentent leurs excuses.

Ecran de fumée ?

Mercredi, le gouvernement belge avait déjà réfuté "catégoriquement" ces accusations : "Ces accusations russes sont tout à fait sans fondement et dénuées de toute substance". "La Belgique regrette vivement qu'aucune consultation préalable n'ait eu lieu en vue d'établir les faits, avant que ces accusations ne soient ainsi rendues publiques".

Ce jeudi Didier Reynders a une nouvelle fois fustigé l'attitude de la Russie. Selon lui, ces accusations poursuivent d'autres motifs, dont celui d'affaiblir la coalition formée contre Daech et à laquelle la Belgique participe. "Je vois cela aussi comme une façon de présenter sous un jour meilleur leurs propres dégâts collatéraux en Syrie", a-t-il ajouté.L'opposition a réclamé plus de transparence de la part de la Belgique dans ses opérations en Irak et en Syrie.

Si ce n'est la Belgique, alors qui, quel autre pays engagé dans la coalition internationale ? Plusieurs armées sont équipée de F-16, et comment expliquer ce vol de deux F-16 pendant de 6 heures dans l'espace aérien syrien, avec des frappes aériennes à Hassadjek, de la surveillance, deux ravitaillements en vol et puis sortie par le sud-ouest ?

Quelle que soit la vérité, cet incident permet à la Russie d'une part de dire que la coalition internationale elle aussi fait des des victimes civiles.

C'est une manière aussi de plaider pour renforcer les échanges d'information dans le cadre de la déconfliction, c'est à dire pour éviter des accidents involontaires entre les différents avions.

Dernière hypothèse, cet incident tient aussi de l'écran de fumée au moment où la communauté internationale envisage des sanctions contre les Syriens et les Russes pour les bombardements massifs et indiscriminés des positions rebelles à Alep.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK