L'Afrique du Sud en colère après un tweet de Donald Trump sur sa réforme agraire

Donald Trump
Donald Trump - © MANDEL NGAN - AFP

Une fois n’est pas coutume, un tweet de Donald Trump crée la polémique, en Afrique du Sud cette fois. Dans une phrase laconique, le président américain s’inquiète des expropriations et des meurtres de grande ampleur qui visent selon lui les fermiers blancs sud-africains. Depuis, Pretoria réagit vivement.

Voici la phrase qui fait polémique: "J’ai demandé au secrétaire d’État, Mike Pompeo, d’étudier de près les saisies de terres et de fermes, les expropriations et les meurtres de grande ampleur de fermiers blancs en Afrique du Sud".

Ce tweet a suscité une levée de boucliers à Pretoria : les autorités ont répondu qu’une telle déclaration ne visait qu’à diviser la nation et à attiser les tensions raciales. Elle demande à la Maison-Blanche des clarifications.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa veut accélérer la réforme de la terre afin "de réparer l’injustice historique grave commise à l’encontre de la majorité noire pendant l’apartheid". Surtout, il veut exproprier des fermiers sans les dédommager.

Selon le gouvernement, la minorité blanche qui représente 8% de la population sud-africaine possède 72% des fermes contre 4% seulement aux Noirs, des chiffres que conteste le CEO de la fédération Afrifarmers. Selon lui, les Blancs ne possèdent que 22% des terres : "Nous savons aujourd’hui à quel point les décisions de notre gouvernement sont catastrophiques. Nous avons besoin que la communauté internationale envoie un avertissement pour dire que cette décision n’est pas dans l’intérêt du pays et qu’elle n’est pas dans l’intérêt de l’économie du pays. Il faut la réviser. Je pense que le tweet de Donald Trump est un bon début".

Et le président Ramaphosa promet une réforme agraire prudente et inclusive.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK