Kosovo: violences dans les zones serbes après une opération de police

Kosovo: violences dans les zones serbes après une opération de police
Kosovo: violences dans les zones serbes après une opération de police - © STRINGER - AFP

Une opération de police visant le crime organisé a suscité mardi des violences dans les secteurs serbes du Kosovo, où elle s'est heurtée à ce que Pristina a qualifié de "résistance armée".

L'opération visait une trentaine de personnes, dont 19 policiers et quatre douaniers, soupçonnés de faits de contrebande, de corruption et de "crime organisé", selon les autorités kosovares.  

Des Serbes ont tenté de s'y opposer, dressant des barricades comme à Zubin Potok (nord) où des témoins ont fait état de coups de feu. 

Cinq policiers ont été blessés, dont deux par balles et trois alors qu'ils démantelaient des barricades, selon la police. Celle-ci a insisté sur l'absence de connotation communautaire de l'opération, les policiers arrêtés appartenant aux communautés serbe (11), mais aussi albanaise (4) et bosniaque (4). 

Lors de ces heurts, deux membres de la mission de l'Onu au Kosovo (Minuk) ont été interpellés alors qu'ils étaient "dans le cadre de leurs fonctions", a dénoncé la Minuk. Légèrement blessés, ils ont été conduits à l'hôpital.

De son côté, la police kosovare a fait état de l'arrestation d'un employé russe de l'Onu qui selon elle s'opposait à la police en plaçant son véhicule diplomatique dans une barricade à Zubin Potok. Celui-ci a été libéré dans l'après-midi, a indiqué la Minuk. Moscou avait dénoncé "un acte scandaleux".

Armée en alerte 

A Belgrade, le président de la Serbie Aleksandar Vucic a ordonné la mise en état d'alerte de l'armée serbe. Celle-ci "protégera notre peuple en cas de menace sérieuse", a-t-il prévenu. 

Cette mesure est prise épisodiquement à l'occasion des montées de tension dans le nord du Kosovo, peuplé majoritairement de Serbes.  

En début d'après-midi, le calme semblait revenir dans le nord du Kosovo. 

Dans les municipalités serbes, notamment dans la partie nord de Mitrovica, Pristina peine à imposer sa souveraineté. Chaque opération policière se heurte à l'hostilité d'une population qui ne reconnaît pas plus que Belgrade l'indépendance du Kosovo. 


 

Trois Serbes arrêtés dans l'enquête sur l'assassinat début 2018 d'un politicien au Kosovo (23/11/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK