Kosovo: 200 000 signatures contre l'accord sur la normalisation avec la Serbie

L'idée d'un accord avec la Serbie a suscité de vives tensions au Kosovo
L'idée d'un accord avec la Serbie a suscité de vives tensions au Kosovo - © ARMEND NIMANI - AFP

L'opposition a remis lundi à la présidente kosovare une pétition signée par plus de 200.000 personnes réclamant l'abandon de l'accord visant à la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie, parrainé par l'UE.

Les députés de l'opposition, notamment de la formation de Vetëvendosje (Autodétermination) et ses militants, ont paralysé ces dernières semaines les travaux du parlement pour protester surtout contre un projet visant à accorder plus d'autonomie à la minorité serbe au Kosovo, ex-province serbe peuplée par 1,8 million d'habitants, dans leur grande majorité d'origine albanaise. L'opposition a remis la pétition à la présidente Atifete Jahjaga, affirmant que la mise en place d'une Association des municipalités serbes au Kosovo, prévue par un accord qualifié d'"historique" par Bruxelles, conclu en 2013 sous l'égide de l'UE, va creuser davantage les divisions ethniques et accroître l'influence de la Serbie.

Les Kosovars albanais ont proclamé en 2008 l'indépendance de cette ancienne province méridionale serbe. La Serbie n'a jamais reconnu cette indépendance, mais l'Union européenne a lancé un dialogue entre Belgrade et Pristina visant à normaliser leurs relations. "Nous sommes déterminés à faire échouer cet accord avec tous les outils démocratiques. Personne n'a le droit d'ignorer la volonté du peuple", a déclaré le député Pal Lekaj, après la remise de la pétition à la présidente. En vertu de la Constitution, les autorités sont obligées de prendre en considération toute initiative citoyenne soutenue par 10% de la population du Kosovo. La Cour constitutionnelle, saisie par Mme Jahjaga, a suspendu le 10 novembre la mise en oeuvre de l'accord entre Pristina et Belgrade, précisant qu'il s'agissait d'une "mesure provisoire".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK