Kirghizstan: des réformes renforçant le pouvoir validées

RTBF
RTBF - © RTBF

Le Parlement kirghiz a validé jeudi une série de réformes politiques renforçant le pouvoir du président, que l'opposition a dénoncées comme autant de signes d'un autoritarisme rampant dans ce petit pays très pauvre issu de l'ancienne URSS.

La quasi-totalité (82 sur 90) des députés ont voté en faveur du changement, qui vise selon ses partisans à rendre plus efficace le travail du gouvernement et accroît nettement le pouvoir du président Kourmanbek Bakiev.

Ce vote intervient deux jours après la démission de l'ensemble du gouvernement du Kirghizstan, l'un des pays politiquement les plus volatiles de la région.

Le nouveau Premier ministre, Daniar Oussenov, nommé mercredi, a déclaré que les réformes visaient à mettre fin "au dédoublement d'agences d'Etat, réduire l'influence des individus, maintenir un équilibre d'intérêts et d'opportunités entre les différents groupes et structures sociaux et réduire au minimum le risque politique".

Avec le nouveau système, le KNB (services secrets) passera sous contrôle direct de la présidence, tout comme la police financière et le ministère des Affaires étrangères.

M. Bakiev est arrivé au pouvoir en 2005 à l'issue d'une révolution portée par des espoirs de démocratisation et promettant de mettre un frein à la corruption.

Depuis, nombre de ses compagnons de route ont dénoncé des dérives autoritaires et clientélistes, l'accusant notamment de fraudes électorales massives lors de la présidentielle de juillet, à l'issue de laquelle il a été réélu avec 76% des voix.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK