Kenya: un raid à caractère ethnique tue onze personnes

Le district de Tana River est le théâtre d'affrontements récurrents entre communautés rivales Orma et Pokomo, mais le raid d'août était le plus meurtrier depuis les violences post-électorales de 2007-2008. Une source policière a qualifié le raid de vendredi de "représailles", sans préciser qui avait attaqué qui.

"Nos équipes peuvent confirmer que de nouvelles attaques à Tana River ont provoqué la mort de onze personnes. Dix blessés ont été hospitalisés", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la Croix-Rouge kényane, Nelly Muluka.

"L'attaque s'est produite vers 03H00 vendredi matin", a-t-elle ajouté, "il y a beaucoup de tension dans la zone".

52 morts en août

Dans la nuit du 21 au 22 août, 52 membres de la communauté Orma avaient été tuées à la machette ou brûlées vives dans le district de Tana River, au cours d'une attaque menée par la communauté rivale Pokomo contre plusieurs hameaux. Il s'agit de la tuerie la plus meurtrière au Kenya depuis les violences post-électorales de fin 2007 et début 2008, qui avaient dégénéré en affrontements ethniques.

Une personne a ensuite été tuée le 1er septembre, lors d'une attaque similaire, a précisé Mme Muluka.


AFP

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK