Kazakhstan : les électeurs votent pour des législatives sans aucun suspens

Le président Kassym-Jomart Tokaïev s'apprête à voter le 10 janvier 2021 à Nur-Sultan, capitale du Kazakhstan
2 images
Le président Kassym-Jomart Tokaïev s'apprête à voter le 10 janvier 2021 à Nur-Sultan, capitale du Kazakhstan - © stringer

Les électeurs votent dimanche au Kazakhstan lors de législatives qui devraient se traduire par une victoire facile du parti au pouvoir, en l’absence de la seule formation d’opposition autorisée dans ce pays autoritaire d’Asie centrale.

Le président Kassym-Jomart Tokaïev, 67 ans, a promis des réformes politiques depuis son élection il y a deux ans avec le soutien de son prédécesseur, Noursoultan Nazarbaïev, qui avait annoncé sa démission surprise en 2019 après quasiment trois décennies au pouvoir.

Désormais dans l’ombre, Noursoultan Nazarbaïev, 80 ans, conserve néanmoins une influence considérable et des fonctions clés, notamment la présidence du puissant parti majoritaire, Nour Otan.

Ce dernier compte 800.000 encartés au Kazakhstan, une ex-république soviétique grande comme quatre fois la France mais où vivent seulement un peu moins de 19 millions d’habitants.

Outre Nour Otan, quatre autres partis participent au scrutin de dimanche pour le renouvellement de la chambre basse du Parlement. Aucun d’entre eux n’est hostile au pouvoir.

Dans la capitale Nur-Sultan, l’ancienne Astana renommée en l’honneur de l’ex-président, Nourjan, un électeur de 50 ans, souligne que "beaucoup de Kazakhs ont arrêté de croire au progrès".

"Mais, moi, j’ai toujours l’espoir que les choses aillent mieux", ajoute-t-il, sans donner son nom de famille, pour expliquer sa décision d’aller voter malgré un temps glacial.

Aucune élection dans le pays n’a jamais été reconnue honnête par des observateurs occidentaux.

Boycott

Le Parti national social-démocrate (NSDP), qui se réclame de l’opposition malgré des critiques mettant en doute ce positionnement, avait annoncé en novembre ne pas se présenter aux élections en signe "de protestation".

La fille de Noursoultan Nazarbaïev, Dariga Nazarbaïeva, 57 ans, sera elle candidate du parti Nour Otan. L’année dernière, elle avait été limogée de son poste de présidente du Sénat qui la plaçait comme remplaçante du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir.

Son départ surprise, sans explication officielle, avait été attribué à une décision du président Tokaïev et perçu comme le signe d’une possible lutte politique entre ce dernier et le clan Nazarbaïev.

Cela étant, Kassym-Jomart Tokaïev couvre régulièrement d’éloges son mentor et prédécesseur, dont il défend les choix stratégiques. Et les deux hommes sont apparus ensemble, en novembre, lors d’un congrès de Nour Otan.

Après avoir voté dimanche à Nur-Sultan, le président a annoncé qu’il dévoilerait de nouvelles réformes le 15 janvier, devant le Parlement.

Alors que plusieurs groupes d’opposition prévoient de manifester le jour du scrutin, le président kazakh a promis que la police agirait "dans le cadre de la loi".

Grâce à ses richesses en minerais et en hydrocarbures, le Kazakhstan fait figure de havre de prospérité en Asie centrale. Il entretient à la fois des bonnes relations avec les Occidentaux et ses voisins chinois et russes.

Selon la Banque mondiale, le PIB kazakh devrait toutefois chuter de 2,5% en 2020, la première récession du pays en deux décennies, dans le sillage de la crise du coronavirus.

Pressions

Dans un Etat façonné par l’autoritarisme depuis son indépendance en 1991, peu de voix critiques subsistent pour exprimer un mécontentement.

Lors des trois dernières élections, le parti NSDP a toujours échoué à entrer au Parlement. Cette année, sa décision de boycotter le vote est intervenue alors que le principal opposant en exil, Moukhtar Abliazov, avait appelé à voter pour le NSDP.

Après le retrait du NSDP, il a appelé à voter pour le parti pro-gouvernemental Ak Jol, avec l’objectif de fragiliser coûte que coûte la majorité au pouvoir.

Selon des groupes de défense des droits humains, les autorités ont fait pression sur des militants d’opposition qui faisaient campagne pour Ak Jol, via notamment des amendes pour avoir distribué des tracts et des arrestations.

Le mois dernier, l’ambassade américaine s’était dite "alarmée" par la décision d’introduire de nouvelles restrictions visant les observateurs électoraux indépendants, qui avaient signalé de nombreux bourrages d’urnes lors de la présidentielle de 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK