Etat-Unis: les réformes présentées par B. Obama, des effets d'annonce?

Après les révélations d'Edward Snowden sur le système de surveillance du net aux Etats-Unis, "l'Institut Pew a fait un sondage, et a posé la question aux Américains de savoir si le gouvernement a atteint un seuil entre les nécessités de sécurité nationale et la préservation des droits civiques", explique Katya Long. Résultat: pour la première fois depuis 2004, "les Américains se déclarent majoritairement inquiets pour la préservation des droits".

Mais, ajoute Katya Long, "de là à dire que cela devient un enjeu majeur de la politique interne, on en est encore loin, puisque les enjeux ne sont importants que pour 6% de la population".

De façon générale, "l’opinion publique est assez partagée: il y a, d’un côté une alliance entre la gauche du parti démocrate et les libertariens", explique la chercheuse. "Mais, de manière générale, Obama a tout de même une assise parmi le 'main stream' de l’opinion publique".

Il ne faut en outre pas penser qu'il suffira de déclarations dans ce domaine pour que les choses changent. "C’est une situation où il s’est senti obligé d’annoncer une série du mesures, mais celles-ci impliquent une action du Congrès, et ce Congrès est particulièrement peu productif".

S'il y a cependant une mesure qu'il faut mettre en évidence, c'est "la mise en place d’une institution qui représenterait des citoyens, qui représenterait les droits civiques, dans un travail contradictoire au niveau des tribunaux". Mais, ajoute d'emblée Katya Long, "on ne sait pas sur quelle base".

Les drones font-ils aussi débat au sein de la population américaine? "Oui dans certaines franges de l’opinion", estime Katya Long. Mais "là aussi, lorsqu’il avait annoncé un certain nombre de réformes sur les drones, (...) quand on pose des questions sur 'comment', il n’y a aucune réponse"

Pour Katya Long, Barack Obama ne doit pas s'en faire pour autant. "Il est assez tranquille. Il a un silence complice de la majorité de l’opinion publique américaine. Une faible majorité considérait même que les frappes des drones sont justes même si c'est un citoyen américain qui en décède".

Politique intérieure: blocage

En politique intérieure, la rentrée sera autrement plus difficile pour le président et sa majorité. Le budget, le relèvement du plafond de la dette, "mais aussi la mise en œuvre du gros de la réforme de l'assurance maladie".

Mais le président peut, là aussi être relativement rassuré: "il bénéficie du fait que les Américains estiment que (le blocage) est dû majoritairement aux républicains".

"Mais ce qui compte aujourd'hui", ajoute-t-elle, "puisque Barack Obama ne va pas se représenter, c’est le taux popularité des partis. Et aujourd'hui, les démocrates ont un avantage sur les républicains".

"C’est la difficulté du système politique américain où les systèmes exécutif et législatif sont à égalité", conclut Katya Long. "Cela peut vite aboutir à un blocage".

W. F.

Écoutez l'interview de Katya Long, ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK