Journée de deuil national ce jeudi en Allemagne

L'Allemagne était sous le choc mercredi après un massacre provoqué par un adolescent de 17 ans qui a abattu au moins 16 personnes, dont 10 collégiens, avant d'être lui même tué dans un échange de coups de feu avec la police. Il s'agit du pire massacre dans le pays depuis depuis 2002 lorsque 16 personnes, dont 12 enseignants, avaient été tuées dans un lycée d'Erfurt (est) par un élève en échec scolaire qui s'était donné la mort.

Le tueur, identifié par les médias allemands comme Tim Kretschmer, ancien élève du collège Albertville de Winnenden, près de Stuttgart (sud-ouest de l'Allemagne), a fait irruption vers 9H30 (8H30 GMT) dans l'établissement où il a tué neuf élèves âgés de 14 à 15 ans, ainsi que trois enseignantes, dont une jeune femme qui travaillait là depuis quatre semaines, selon la police. Un dixième élève est mort de ses blessures à l'hôpital.

Pas d'antécédents
Dans sa fuite l'adolescent, armé d'un pistolet et vêtu d'une tenue camouflée noire, a tué trois passants, selon la police. "L'assaillant a tout simplement ouvert le feu à la ronde", a raconté un témoin non identifié cité par la chaîne d'informations NTV. "Il rechargeait constamment son arme. Quand les premiers policiers sont arrivés sur place, ils ont découvert des corps dans deux salles de classe", a expliqué le chef de la police Konrad Gelden.  "Le tireur voulait détruire toute l'école" a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur de l'Etat régional du Bade-Wurtemberg Heribert Rech. "Il n'y avait rien de particulier dans ses antécédents, rien qui puisse laisser penser qu'une telle chose était possible", a-t-il ajouté.

S'exprimant à la télévision, la chancelière Angela Merkel a jugé "inconcevable" un tel massacre. Elle s'est dite "profondément choquée et horrifiée", selon son porte-parole Ulrich Wilhelm. Quant au président Horst Köhler, il a fait part de son "horreur" et de sa "tristesse", ajoutant que ses pensées et celles de son épouse allaient "aux victimes et à leurs familles".
Une arme tirée de l'arsenal des parents

Le jeune homme, d'une famille aisée, a utilisé une arme appartenant à ses parents qui en possédaient 18, selon la police. Pour assurer sa fuite, tandis que la police appelait à la radio les automobilistes à ne pas prendre en charge d'auto-stoppeurs, le jeune tireur s'est emparé d'une voiture dont il avait chassé le chauffeur.

Poursuivi par d'importantes forces de police, dont des tireurs d'élite assistés de chiens et d'hélicoptères, il a été rejoint 40 kilomètres plus loin dans un parking, où il est mort dans un échange de coups de feu après avoir blessé deux policiers, selon les autorités. Durant la poursuite, l'école a été évacuée, tandis qu'une partie de la ville était bouclée et des parents bouleversés étaient pris en charge par des médecins dans une piscine proche du collège. Les autres écoles de la région ont été bouclées et les élèves interdits de sortie jusqu'en début d'après-midi.

Des centaines de policiers ont fouillé les environs, y compris le domicile du suspect, dont la mère, selon les médias, était chez le coiffeur. Cette tuerie rappelle à l'Allemagne le cauchemar du 26 avril 2002 lorsqu'un élève de 19 ans avaient tué 16 personnes à Erfurt avant de se donner la mort.
Les lois sur la possession d'armes à feu avaient ensuite été durcies. En novembre 2006, un drame similaire avait été évité de peu à Emsdetten (nord-ouest), lorsqu'un ancien élève dépressif, vêtu de noir et bardé d'explosifs, avait pris d'assaut le collège de la ville et blessé 37 personnes avant de se suicider.

Deux mois plus tôt, un tireur âgé de 22 ans avait tué un principal de collège et blessé une autre personne à Freising, près de Munich. Aux Etats-Unis, un homme a abattu mardi au moins 10 personnes dans l'Alabama avant de retourner son arme contre lui, selon les autorités. En novembre 2007 et en septembre 2008, deux fusillades avaient fait près de 20 morts dans des lycées finlandais. Le gouvernement finlandais a annoncé mercredi qu'il allait prochainement soumettre au parlement une loi pour renforcer la législation sur les armes.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK