Joe Biden au sommet de l’OTAN : le président américain et les délégations étrangères sont arrivés

Les délégations sont arrivées. Les chefs d’état se font fait photographier comme le veut la tradition. Le sommet de l’OTAN a débuté avec Boris Johnson, Pedro Sanchez, Recep Erdogan ou encore Emmanuel Macron. Ils sont venus, ils sont tous là !

14 images
© APTN
© AFP
14 images
© AFP
© APTN

Le plus attendu était évidemment le président américain, Joe Biden. Une arrivée remarquée…

Le président américain a appelé les alliés de l’Otan à affronter ensemble les "nouveaux défis" posés par la Chine et la Russie. C’est ce qu’il a déclaré à son arrivée au siège de l’organisation.
"Il y a une prise de conscience croissante, ces deux dernières années, que nous avons de nouveaux défis. Nous avons la Russie qui n’agit pas d’une manière conforme à ce que nous avions espéré. Et aussi la Chine", a-t-il estimé lors de son premier entretien avec le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.
"Depuis quelques années, on voit de plus en plus que nous avons de nouveaux défis à relever. Et nous avons la Russie qui n’agit pas d’une manière conforme à ce que nous avions espéré, tout comme la Chine."

Et pendant ce temps dans le centre de Bruxelles

Il n’y a pas un chat, "pas âme qui vive" diront certains. Les abords de l’hôtel où est hébergée la délégation américaine sont tristes à mourir. La seule chose visible ce matin c’était les policiers, en tenue ou en civil. Ils ont fait des rondes, encore et encore.

Le président des Etats-Unis n’est pas là, il loge à l’ambassade mais sa très importante délégation (on parle de près de 1000 personnes) est accueillie au centre de Bruxelles, boulevard de la Toison d’Or, entre les commerces de luxe d’un côté et les enseignes de grande distribution de l’autre.

Comptez 196 euros en moyenne pour une chambre, mais avec possibilité de parking et wi-fi gratuit !

Selon notre équipe sur place, la sécurité américaine est bien présente elle aussi, "déguisée" en touriste : short noir, chemise à manches courtes. Un look "décontracte" qui ne trompe personne.

14 images
© RTBF

Shopping difficile

La présence de cette délégation perturbe un peu les commerçants et autres clients. Mieux vaut faire ses courses du bon côté du boulevard de la Toison d’Or. Là, ou les prix sont abordables. Car côté, boutiques de luxe, donc côté The Hotel où logent les Américains, c’est plus compliqué.

Des policiers escortent les shoppeurs jusqu’à leur magasin préféré. Il faut montrer patte blanche, c’est-à-dire ses papiers, ouvrir son cas… Puis un agent vous emmène jusqu’à l’entrée de la boutique choisie.

"Ça ne nous dérange pas" confie un couple. "C’est quand même le président des Etats-Unis, il faut un minimum de sécurité."

La plupart des clients rencontrés ce matin tenaient le même discours. Comme cet homme très philosophe : "Je reviendrai quand Air Force One aura redécollé !"

14 images
© RTBF
14 images
© RTBF

En attendant, à l’ambassade…

C’est le même calme et les mêmes restrictions de passage. Des embouteillages, il y en a Boulevard du Régent mais un peu comme tous les matins. "C’est comme lors des sommets européens" a confié un riverain à notre équipe sur place. "Les gens sont habitués, ils prennent leurs précautions."

En fait, il y a plus de policiers et de véhicule de sécurité que de passants.

Dans le parc tout proche, le parc Royal, des policiers à cheval circulent, inspectent, font leur tour. Un dispositif anti-voiture bélier a été installé.

OTAN emporte les badauds

Joe Biden participe à une réunion à l’OTAN. Ce 28e sommet de l’histoire ne durera que deux heures et trente minutes. D’avis de spécialistes, ce sommet sera celui du retour au calme.

Selon une source diplomatique interrogée par nos confrères du Monde, le slogan " America is back " et la sérénité devraient être privilégiés. " Cela ne signifie pas que le président Biden ignore certaines divergences avec les Européens quant à sa volonté de se montrer très ferme à l’égard de Moscou et d’éveiller ses alliés aux menaces militaires, technologiques et politiques de la Chine ".

14 images
© RTBF
14 images
© RTBF

A noter qu’une manifestation attendait les grands de ce monde. Une centaine de personnes représentants du Tigré (Une des anciennes provinces de l’Éthiopie) a essayé de se faire entendre.

 

14 images
© RTBF
14 images
© RTBF

Tout comme devant l’ambassade des Etats-Unis. La diaspora iranienne et les partisans de l’opposition iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne en Belgique ont organisé une manifestation pour demander aux États-Unis et à l’UE une politique plus dure contre le régime de Téhéran responsable, selon eux, de violations des droits humains. Les Iraniens présents ont appelé au boycott de ce qu’ils appellent "la mascarade d’élection en Iran".

14 images
© RTBF

Couper sans trop impacter

Les embarras de circulations seront inévitables aujourd’hui dans les rues de Bruxelles. Les riverains des bâtiments européens connaissent bien cette situation, les autres Bruxellois un peu moins.

La police assure que pour l’instant tout se passe bien, c’est ce qu’a déclaré Ilse Van de Keere, porte-parole de la police de Bruxelles à l’équipe JT de la RTBF. "De nombreuses délégations viennent directement de l’aéroport et repartiront à la fin du sommet. D’autres logent sur place, donc il y a des déplacements de leur hôtel vers le lieu de la réunion et bien sûr il y a le président Biden, sous escorte. Donc cela engendre des coupures de circulation."

On l’a suffisamment expliqué, il ne peut y avoir de voitures, camions, vélos, motos, trottinettes sur le chemin de Joe Biden. Il y a aussi toute une série de mesures préventives. "Mais on ne peut pas les dévoiler", explique Ilse Van de Keere.

Ces derniers mois, Covid oblige, la police de Bruxelles avait un peu perdu l’habitude de la gestion des délégations étrangères comme lors des sommets européens par exemple. Mais c’est finalement un peu comme le vélo, sans oublier qu’un sommet ne doit quand même pas bloquer une ville tout entière, fut-elle capitale européenne.

Selon la ministre de l’intérieur, Annelies Verlinden, 4000 policiers sont déployés pour le sommet. Cela correspond à 10% des effectifs.

14 images
© RTBF

Des policiers bien équipés, accompagnés de plusieurs systèmes de neutralisation de drones malveillants.

14 images
© RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK