JO de Tokyo, encore un limogeage ! Ces jeux sont-ils maudits ?

A quelques heures de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo, une nouvelle affaire éclabousse encore le Japon et les organisateurs. Ils ont dû démettre de ses fonctions le directeur artistique du spectacle de la cérémonie, pour une blague ancienne sur l’Holocauste lors d’une émission télévisée pour enfant diffusée en 1998.

La présidente de Tokyo-2020, Seiko Hashimoto a déclaré :

Nous avons appris que lors d’une performance artistique passée, Kentaro Kobayashi avait usé d’un langage moqueur au sujet d’un fait historique tragique.

Ce limogeage intervient à peine quelques jours après la démission de Keigo Oyamada, compositeur de l’un des thèmes musicaux de la cérémonie d’ouverture, rattrapé par d’anciennes interviews dans les années 1990 où il expliquait avoir persécuté des camarades de classe handicapés dans sa jeunesse. Et en mars, un autre responsable artistique des cérémonies d’ouverture et de clôture des JO, Hiroshi Sasaki, avait lui aussi démissionné pour avoir suggéré de déguiser en porc une comédienne et vedette japonaise des réseaux sociaux aux rondeurs assumées, Naomi Watanabe.

Une série de scandales !

Alors que ces JO ont déjà été décalés d’un an à cause de la crise du coronavirus, certains s'interrogent et se demandent s’il y a une malédiction entre les jeux olympiques et le Japon !

Pendant l’année 2020, Taro Aso, le vice Premier ministre du japon et ministre des finances a eu une parole qui donne à réfléchir :

C’est un problème qui se produit tous les 40 ans. Les Jeux Olympiques sont maudits et c’est un fait

21 images
Taro Aso, vice Premier ministre et ministre des finances du Japon © AFP or licensors

Taro Aso fait référence aux Jeux de 1940 et 1980. En 1940, l’événement n’avait pas eu lieu à cause de la seconde guerre mondiale. Ces Jeux avaient initialement été attribués à Tokyo. Quarante ans plus tard, les Jeux Olympiques de Moscou sont boycottés par de nombreux pays occidentaux ce qui fait de ces jeux une bien triste édition. Selon l’homme politique japonais, retour de la malédiction pour 2020 avec Tokyo 2020. Pourtant, tout avait été lancé comme il se doit ! La fierté et l’ambition japonaise ! Ces jeux devaient être parfaits ! C’est sur la fiabilité japonaise que le CIO a choisi Tokyo face à Istanbul et Madrid en 2013. A l’époque, c’est la joie chez les Japonais. 7 ans avant les jeux, on fond en larme, on exulte et on pense que cette bonne nouvelle va effacer les images de la catastrophe de Fukushima qui a eu lieu 2 ans plus tôt. Mais tout ne se passe pas comme prévu ! Les déconvenues s’enchaînent.

21 images
Annonce de la ville hôte des jeux de 2020 par le Belge Jacques Rogge, président du CIO (2013). © AFP / FC
La joie des Japonais © yt/rix

Le raté du Stade Olympique

21 images
Projet de stade signé par Zaha Hadid © yt/RAB
Projet de stade signé par Zaha Hadid © yt/RAB

La première malédiction concerne le stade olympique. Le stade des jeux de 1964 a été démoli. Du coup il faut en construire un autre neuf, ultramoderne. Le japon veut montrer son avance, sa technologie et il choisit un projet de l’architecte Irako-Britannique Zaha Hadid. Figure renommée et importante du courant déconstructiviste, elle a reçu le prix Pritzker (sorte de prix Nobel d’architecture) en 2004.

Selon les autorités japonaises, le coût double et atteint les 2 milliards d’euros, 5 fois plus que le stade des jeux de Pekin. Plus de 80% des Japonais s’opposent à cette facture mais aussi à son esthétique. Les organisateurs s’obstinent mais le Premier ministre est contraint d’annuler et de choisir un projet plus modeste nettement plus classique et réalisé par un Japonais.

Par voie de communiqué, la réaction de l’architecte est cinglante : " Les autorités nippones, avec le soutien de certaines personnes qui exercent la même profession que nous au Japon, ont comploté pour fermer les portes du projet aux propositions internationales. Ce traitement est choquant car des éléments de nos deux années de travail et les économies de coûts que nous avons proposé ont été validés et la configuration du nouveau projet possède même des similitudes avec notre concept. Les travaux seraient déjà entrés dans la phase de construction du Stade si l’équipe initiale avait simplement pu développer son projet, en évitant l’augmentation des délais et le risque de ne pas pouvoir livrer l’enceinte sportive à temps pour les Jeux de 2020″

Le stade est finalement prêt pour 2020 mais il n’a pas pu accueillir le mondial de rugby en 2019 comme cela était prévu à l’origine.

21 images
Stade Olympique de Tokyo © AFP or licensors
Stade Olympique de Tokyo © AFP or licensors

Un logo plagié à Liège ?

21 images
Logo des JO © yt/tbr/VL
Logo du théâtre de Liège © Tous droits réservés

La deuxième malédiction concerne le logo ! Le comité d’organisation des jeux est fier de présenter son logo sous la forme d’un T stylisé. Mais lorsqu’il découvre ce logo, un graphiste liégeois boit son thé de travers. Olivier Debie découvre que le logo des Jeux de Tokyo ressemble fortement à un logo qu’il avait dessiné, quelques années plus tôt, pour le Théâtre de Liège. Un logo qui est toujours utilisé aujourd’hui par l’organisme culturel Belge.

21 images
Le graphiste Olivier Debie compare les deux logos © BELGA PHOTO SOPHIE KIP

Les réseaux sociaux s’emballent, le Liégeois est assailli par la presse japonaise et les médias du monde entier. Les organisateurs s’obstinent mais face au plagiat, ils sont contraints de retirer le logo à la grande surprise du graphiste liégeois. Olivier Debie nous confirme que ce retrait c’est ce qu’il souhaitait : " en fait, on a eu ce que l’on voulait. Jusqu’à la fin […] le comité olympique et Tokyo disaient qu’ils ne voyaient pas où état le problème. Et du jour au lendemain, ils ont retiré le logo. C’est une victoire symbolique même s’ils n’ont jamais reconnu le plagiat, ni dédommagé de quoi que ce soit."

21 images
Logo définitif des jeux © AFP or licensors

Des jeux à huis clos

21 images
Des jeux en mode covid © AFP / FRANCK FIFE

La malédiction du covid, il y a un an, quand le monde se débat avec le Covid, par fierté, il faut mordicus maintenir les jeux à la date dite :

The games must go on !

Pas question de décaler. Le Premier ministre Shinzo Abe déclarait à l’époque souhaiter la tenue des Jeux comme “preuve que la race humaine l’emportera sur le nouveau coronavirus”. Le pari est perdu. Face à la gravité de la situation et après l’annonce fracassante des Canadiens et des Australiens de se retirer des jeux, les Japonais se remettent en question et envisager après de longues discussions de décaler. Du coup les jeux de 2020 ont lieu en 2021 ! Nouvelle contrariété, il faut se rendre à l’évidence, le risque est important de voir débarquer les fans du monde entier à Tokyo. Les autorités japonaises prennent une décision radicale. Pour la première fois de l’histoire, les JO n’accueilleront pas de spectateurs étrangers dans les tribunes. Puis face à l’augmentation de la pandémie au Japon, autre décision radicale, aucun spectateur ne sera toléré sur les sites de compétition. Des jeux à huis clos, du jamais vu !

Situation Covid à 24 heures de la cérémonie

Ces scandales en cascade ont encore un peu plus terni l’image des JO de Tokyo, déjà impopulaires auprès d’une grande partie de la population japonaise, qui redoute que l’événement n’aggrave la crise sanitaire dans le pays. A 24 heures de la cérémonie d’ouverture, qui doit officiellement ouvrir les JO de Tokyo, ces scandales éclipsent presque le sujet majeur de ces avants JO, le Covid. Pourtant, les premiers forfaits de sportifs testés positifs commencent à tomber. Positifs, isolés, ils n’auront pas le temps d’être prêts pour leurs compétitions. Le dernier en date est le nageur russe et champion d’Europe du 400 m quatre nages Ilya Borodin. Au bilan Covid, le total de cas positifs est dorénavant de 87 cas (athlètes, prestataires, membres des délégations…) depuis le 1er juillet. La pandémie a fait une autre victime, mais collective celle-là. Jeudi matin, Tokyo a appris que la Guinée, qui devait envoyer cinq sportifs aux JO, a finalement décidé d’annuler sa venue. Une source proche du gouvernement de Conakry a pour sa part évoqué des problèmes financiers pour justifier le retrait de ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest. Il s’agit du deuxième pays à renoncer, après la Corée du Nord en avril, laissant un total de 205 pays, qui défileront vendredi lors de la cérémonie d’ouverture à Tokyo.

Un patron gênant

21 images
Appel à la démission © AFP or licensors
Yoshiro Mori, ex-président du comité d’organisation des jeux de Tokyo © All Rights Reserved
Appel à la démission © AFP or licensors

Des propos ont fait bondir plus d’une femme. Le patron des JO de Tokyo avait affirmé que si certaines réunions prennent parfois du temps, c’est à cause des femmes qui ont du mal à finir leurs interventions. Des propos sexistes qui ont provoqué un tollé. Yoshiro Mori s’est excusé mais il refuse de démissionner.


Je regrette profondément mes propos et je tiens à les retirer. Je souhaite aussi présenter mes excuses auprès de ceux que j’ai pu offenser.

Monsieur Mori a reconnu que ces déclarations allaient à l’encontre de l’esprit des Jeux olympiques et paralympiques, qu’elles étaient inappropriées. Il affirme avoir parlé sans réfléchir et avoir été grondé par sa femme et sa fille. Les propos choquent la société japonaise. La parole se libère et les femmes dénoncent une société japonaise conservatrice dominée par les hommes. En matière d’égalité des sexes, le Japon est à la traîne. 121e sur 153 pays. Et il dégringole encore de ce en ce qui concerne la proportion de femmes à des postes à responsabilité dans les entreprises, la politique et l’administration. Finalement, face à la catastrophe en termes d’image, Yoshiro Mori, le président du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo n’a pas eu d’autre choix que de démissionner.

Le prix en vaut-il la peine ?

21 images
Jeux en mode Covid © AFP or licensors
Jeux en mode Covid © Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Jeux en mode Covid © AFP or licensors

Alors que les jeux doivent offrir une belle vitrine, montrer le meilleur de soi-même pour une ville ou un pays, le japon a accumulé toutes ces contrariétés. Le Japon a l’habitude de faire face à l’adversité comme il a toujours su le faire lors des tremblements de terre, tsunamis et typhons, mais c’est quand même beaucoup pour un seul pays. Alors quand elles regardent tout cela, les villes du monde réfléchiront peut-être à 2 fois avant d’être candidates notamment pour les jeux de 2060.

Les prochains jeux d’été auront lieu en 2024 à Paris, 2028 à Los Angeles et 2032 à Brisbane en Australie… Si tout va bien !

21 images
Anti-Jo appelle à l’annulation © AFP or licensors
© AFP or licensors
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK