Jennifer Lopez, Billie Eilish, Coldplay en concert pour Global Citizen Live : philanthropie ou opération “greenwashing” ?

"Défendez la planète, luttez contre la pauvreté, exigez l’équité", c’est le slogan de Gobal Citizen Live, un événement musical XXL qui se déroule ce samedi dans sept grandes villes situées sur plusieurs continents : Paris, New York, Rio, Los Angeles, Londres, Lagos et Bombay. Pendant 24 heures, des artistes comme Jennifer Lopez, Billie Eilish, Coldaplay, Kylie Minogue, Stevie Wonder, Femi Kuti ou encore Christine and The Queens, enchaîneront ainsi les concerts caritatifs et gratuits aux quatre coins du globe.

Un "plan de relance" ambitieux

L’initiative a été lancée par Hugh Evans, un Australien de 38 ans que le New-York Times a récemment qualifié de "prodige de la philanthropie", qui s’était déjà fait remarquer en organisant au printemps dernier le Vax Live à Los Angeles, un concert en faveur de la vaccination contre le Covid soutenu par des personnalités comme Joe Biden, le pape François ou le Prince Harry. Avec Global Citizen Live, l’ambition de Hugh Evans semble s’être décuplée. Le site de l’événement présente en effet l’initiative comme "un Plan de relance pour le monde qui est consacré à enrayer la Covid-19, éradiquer la crise alimentaire, assurer la reprise scolaire pour tous, protéger la planète et promouvoir l’équité." Ni plus, ni moins…

Lutte contre le Covid, la pauvreté, l’intolérance et le changement climatique

Dans leur communiqué de presse, les organisateurs appellent ainsi "les gouvernements, les grandes entreprises et les philanthropes à travailler ensemble pour défendre la planète et vaincre la pauvreté, en se concentrant sur les menaces les plus urgentes". Une de ces priorités concerne l’égalité d’accès au vaccin contre le coronavirus. "La campagne du Global Citizen Live en appelle aux pays du G7 et à l’Union européenne pour partager un milliard de doses de vaccin contre le Covid-19 avec ceux qui en ont le plus besoin", peut-on lire plus loin.

Le site souligne également que "36% de la population mondiale vit dans l’extrême pauvreté" et qu’il est possible d’y mettre un terme "à condition que la communauté internationale se mobilise". Il est aussi question de défense des droits de l’homme, des droits "des personnes de couleur, handicapées et LBGTQI qui sont menacés".

Les organisateurs souhaitent encore mettre la pression sur les dirigeants du monde pour qu’ils agissent en faveur de la lutte contre le changement climatique avant l’ouverture de la conférence de l’ONU sur le climat (COP26) qui se tiendra à Glasgow du 1er au 12 novembre.

Zéro déchet et impact carbone neutre

Organiser un festival de musique est souvent très polluant. Pour tendre vers le zéro déchet et l’impact carbone neutre, Global Citizen Live assure qu’ils mettront en place des alternatives vertes. Ils utiliseront ainsi un combustible diesel particulier "qui produit 90% moins de gaz à effet de serre" pour faire tourner leurs générateurs d’électricité pendant les concerts, ils s’associeront à une entreprise de compensation carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre générés par la consommation électrique et les vols qui transporteront les artistes, ils seront également attentifs à minimiser la quantité de déchets et à s’assurer qu’ils seront recyclés.

Des sponsors qui posent question

Sur papier, l’événement semble donc poursuivre un objectif caritatif et responsable d’un point de vue environnemental. Mais la liste de sponsors qui soutiennent l’initiative peut surprendre… Coca-Cola, Procter and Gamble, Delta Airlines, des entreprises qui n’ont rien d’organisations philanthropiques écoresponsables.

"Ces entreprises ont des pratiques qui vont à l’encontre des valeurs prônées par les organisateurs de l’événement, rappelle ainsi Samuel Chapel, le directeur du festival LaSemo, un événement musical durable qui se tient chaque année à Enghien. On peut ainsi s’étonner de voir des industries parmi les plus polluantes du monde s’associer à une initiative qui veut lutter contre le changement climatique. Dans leur chef, on peut clairement parler de 'greenwashing' (méthode de marketing qui consiste à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique de manière trompeuse pour améliorer son image, ndlr). Mais l’initiative globale n’est pas dénuée de sens pour autant car elle permet de conscientiser le public sur une série d’enjeux importants et de diffuser le message à grande échelle."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK