Javier Ambler : arrêté par la police au Texas, il est lui aussi décédé après avoir imploré "I can't breathe"

Il s'appelait Javier Ambler. Arrêté par la police au Texas, il lui aussi est décédé après avoir imploré "I can't breathe"
Il s'appelait Javier Ambler. Arrêté par la police au Texas, il lui aussi est décédé après avoir imploré "I can't breathe" - © Tous droits réservés

Il s’appelait Javier Ambler. Cet afro-américain de 40 ans a été arrêté par la police au Texas le 28 mars 2019. Comme George Floyd, il a imploré les policiers de le laisser respirer. Comme lui, ce père de deux enfants est décédé des suites de cette arrestation dont les images viennent d’être dévoilées. 

Javier Ambler est au volant de sa voiture, ses phares sont éteints

Le 28 mars 2019, Javier Ambler est au volant de sa voiture. Ses phares sont éteints alors qu’un véhicule arrive en sens inverse. La police tente alors de l’intercepter. Il faudra 22 minutes aux policiers pour arrêter l’homme de 40 ans. Interpellé, Javier Ambler est tasé quatre fois. Les images des bodycams des policiers dévoilées par la police d’Austin ce lundi révèlent les détails de cette arrestation. "Donnez-moi vos mains ou je vais vous taser à nouveau", menace un policier dans la séquence filmée.

"J’ai une insuffisance cardiaque congestive", répond Javier, avant de répéter plusieurs fois : "Je ne peux pas respirer." La même phrase que celle prononcée par George Floyd : "I can’t breathe." Moins d’une minute après avoir été menotté, Javier Amber perd connaissance. Emmené à l’hôpital d’Austin, son décès est prononcé à 2h37. Selon le rapport d’autopsie, sa mort est due à "une insuffisance cardiaque congestive et une maladie cardiovasculaire hypertensive associées à une obésité morbide, en combinaison avec une contention forcée".

Un homicide

Son décès a toutefois été considéré comme un homicide. Volontaire ou involontaire? Impossible pour le moment de donner cette précision. Une enquête est en cours et l’affaire devrait bientôt être portée devant un tribunal. Au moment de son arrestation, Javier Ambler n'était en tout cas pas sous influence, ni armé.
"Cette affaire concerne un autre incident particulièrement choquant et profondément troublant qui doit être jugé. Je ne vais pas arrêter d'enquêter avant d'avoir exploré tous les aspects de cette affaire", a déclaré la procureure du comté de Travis au Texas. La procureure a expliqué s’être "battue" avec le bureau du shérif du comté de Williamson pour arriver à obtenir les images de l’arrestation de Javier Ambler : "Depuis un an, ils font obstruction à notre enquête." Des accusations que réfute le comté. Le procès aurait dû se tenir en avril mais il a été reporté suite au coronavirus. Il devrait avoir lieu cet été. 

 

Cela aurait pu être évité si les policiers n'avaient pas regardé mon fils comme un grand homme noir dont la vie n'a pas d'importance

Interviewés sur CNN, les parents de Javier Ambler ne cachent pas leur colère : "Cela aurait pu être évité si les policiers avaient fait preuve de bon sens et n'avaient pas regardé mon fils comme un grand homme noir dont la vie n'a pas d'importance", explique le père de Javier. Sa mère a quant à elle déclaré qu’en visionnant la vidéo de George Floyd, elle a directement fait le parallèle avec l’arrestation de son fils : "J’ai vu mon fils et je me suis dit que c’est exactement ou presque exactement ce que mon fils a vécu". 

Plus d'un an après les faits, ces images fournies par la police pourraient en tout cas permettre de faire avancer l'enquête en cours. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK