Le Japon ne veut plus de porno avant les JO

Dans cette supérette, les magazines porno sont voués à disparaître.
Dans cette supérette, les magazines porno sont voués à disparaître. - © BEHROUZ MEHRI - AFP

Exit les magazines porno des grandes supérettes japonaises. Pourquoi? Pour ne pas choquer les touristes attendus en masse dès la mi-septembre de cette année pour assister à la Coupe du Monde de rugby, puis, pendant l'été 2020, aux Jeux olympiques de Tokyo.

C'est en tout cas l'une des raisons avancées par plusieurs grandes chaînes de supérettes, telles que 7-Eleven ou Lawson. "Cela fait partie des critères pris en compte", a confirmé un porte-parole de Seven & I Holdings, le groupe qui chapeaute les plus de 20.000 supérettes 7-Eleven.

Ces publications disparaîtront des rayons d'ici la fin de l'été. Selon ces deux grandes chaînes, la présence de ces magazines dans des étagères à portée de main des enfants choque souvent les touristes, surtout occidentaux, de plus en plus nombreux à venir au Japon.  La décision finale reviendra aux gérants des magasins, mais 7-Eleven a tout de même informé les éditeurs de ces magazines que ces revues étaient vouées à disparaître des étalages.

Ministop avait déjà banni ce type de revues de ses 2.000 magasins l'an dernier, Family Mart a commencé à le faire, dans 2.000 de ses 16.000 établissements.

Ventes en baisse et changement culturel

La décision de supprimer ces magazines répond aussi à un changement structurel de la clientèle de ces petites surfaces de proximité communément appelées "konbinis" et qui offrent toutes sortes de produits et services, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, toute l'année. Initialement, elles étaient en majorité fréquentées par des hommes salariés mais, surtout ces dernières années, la proportion de femmes et personnes âgées va croissant du fait d'un renouvellement de l'offre désormais plus adaptée aux besoins des mères de famille qui travaillent et seniors qui ont du mal à aller jusqu'aux grandes surfaces. Ces grandes chaînes de supérettes veulent donc, disent-elles, créer un environnement plus accueillant pour les femmes et les enfants, notamment.

Une autre raison, évoquée cette fois par le Guardian, est d'ordre purement économique. La multiplication de l'offre pornographique en ligne a fait chuter drastiquement les ventes de magazines. Ainsi, les revues porno ne représentent même plus 1% des ventes globales de 7-Eleven.  

L'an dernier, 31 millions de touristes se sont rendus au Japon selon les autorités nippones. L'objectif est d'en attirer 40 millions à l'horizon 2020 et jusqu'à 60 millions en 2030.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK