Japon: le ministre chargé de la cyber-sécurité n'a jamais utilisé d'ordinateur

"Si un hacker vise ce ministre Sakurada, il ne pourra lui voler aucune information. Ça pourrait bien être la meilleure des sécurités", a ironisé un internaute à propos de Yoshitaka Sakurada, assis à gauche à côté d'une autre ministre, au Parlement japonais, le 14 novembre 2018 à Tokyo
"Si un hacker vise ce ministre Sakurada, il ne pourra lui voler aucune information. Ça pourrait bien être la meilleure des sécurités", a ironisé un internaute à propos de Yoshitaka Sakurada, assis à gauche à côté d'une autre ministre, au Parlement japonais, le 14 novembre 2018 à Tokyo - © JIJI PRESS

Le ministre japonais chargé de la cyber-sécurité a provoqué les rires mâtinés d'angoisse de l'opposition ce mercredi après avoir reconnu n'avoir jamais utilisé d'ordinateur dans sa vie professionnelle.

Yoshitaka Sakurada, 68 ans, est le chef adjoint de l'unité de stratégie de sécurité informatique du gouvernement et également ministre des jeux Olympiques et Paralympiques, que Tokyo organise en 2020.

Durant une session en commission parlementaire mercredi, il a reconnu sa lacune: "Depuis l'âge de 25 ans, j'ai toujours eu recours à mes employés ou secrétaires, donc je n'ai jamais utilisé d'ordinateur".

Si un hacker vise ce ministre, il ne pourra lui voler aucune information

Il a aussi semblé un peu perdu lorsqu'on lui a demandé si des clefs USB étaient utilisées dans les centrales nucléaires.

"C'est incroyable qu'une personne qui n'a jamais touché un ordinateur soit responsable de la politique de sécurité informatique", s'est publiquement ému un élu de l'opposition, Masato Imai.

Yoshitaka Sakurada a déclenché les critiques et sarcasmes sur les réseaux sociaux. "Si un hacker vise ce ministre Sakurada, il ne pourra lui voler aucune information. Ça pourrait bien être la meilleure des sécurités", a ainsi ironisé un internaute.

Yoshitaka Sakurada, qui s'est déjà illustré par d'autres gaffes, est en poste depuis un mois. Il est entré dans le gouvernement à la faveur d'un remaniement ministériel au cours duquel le Premier ministre Shinzo Abe a veillé à maintenir l'équilibre entre les factions de son Parti libéral-démocrate (PLD).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK