Japon: la canicule menace les JO de 2020

En 2020, Tokyo organisera les Jeux Olympiques d'été. Au Japon, le décompte a donc commencé, il y a quelques années déjà. Ce qui a commencé aussi ce sont les mesures prises pour limiter les effets d'une chaleur intense, car il fait actuellement entre 35 et 40 degrés à Tokyo. Les autorités sont attendues au tournant, pour s'assurer que ni les athlètes ni le public ne soient exposés à des conditions trop extrêmes.

Depuis plusieurs jours, Tokyo est écrasée par la chaleur. Les autorités recommandent aux habitants, comme aux touristes, de s'hydrater en suffisance, d'éviter l'exercice physique à l'extérieur et d'avoir recours à l'air conditionné pour éviter les crises cardiaques. Une nonantaine de personnes, âgées de 9 à 95 ans, ont été hospitalisées dernièrement en raison de problèmes cardiaques, 19 personnes au moins en sont décédées, rien qu'à Tokyo.

De quoi alerter au maximum le Japon, à quelques mois à peine du début des JO (le 24 juillet 2020). Malgré l'abondance de soleil, il faut garder la tête froide pour se préparer au mieux à organiser les Jeux sous la canicule.

Tests grandeur nature  

Les autorités japonaises ont profité d'un tournoi de beach-volley pour tester leur dispositif. Températures, vitesse du vent, rayonnement solaire, tout est analysé. Des capteurs, près des stades, jouent les arbitres, bien avant le début des compétitions. "Ils nous serviront à décider si un événement doit être maintenu ou annulé", explique Ken Wakabayashi, chargé de mission pour les JO.

Plusieurs autres mesures pourraient également être décidées pour gérer au mieux la chaleur. Comme de planifier les compétitions tôt le matin, lorsque les températures ne sont pas encore trop élevées.

Les routes empruntées par les marathoniens et les coureurs devraient également être recouvertes d'un matériau résistant à la chaleur, pour éviter qu'elles atteignent des températures insupportables. 

Et le public?

Prévention pour les athlètes, mais aussi pour le public. Des aires de repos ombragées seront mises à disposition des familles. Des informations en plusieurs langues seront également disponibles sur les smartphones, notamment pour prévenir les crises cardiaques.

Est-ce suffisant? La presse en doute. La problématique rassemble comité organisateur et autorités depuis deux ans... sans avancées majeures. "Nous allons mettre en avant des mesures pour combattre les vagues de chaleur dans l'espoir qu'elles pourront être étendues après les Jeux Olympiques", déclarait déjà en juin 2017 la ministre japonaise des Jeux olympiques, Tamayo Marukawa. Aujourd'hui, elle se dit toujours aussi déterminée. "Bien informer les spectateurs et les athlètes sera crucial. Parvenir à gérer la chaleur sera un héritage durable des Jeux de Tokyo."


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK