Japon: économie en panne de croissance, le PIB recule de près d'1%

La Bourse de Tokyo
La Bourse de Tokyo - © KAZUHIRO NOGI (AFP)

Le Produit Intérieur Brut de l'archipel nippon a régressé de près d'1% (0,9 pour être précis) par rapport aux 3 mois qui précèdent. C'est une fameuse contraction. En rythme annualisé, cela fait moins 3,5%.

Ce qui explique ce mauvais score, c'est avant tout la chute des exportations qui ont reculé de 5% durant les mois de juillet à septembre. Pourquoi? Parce que les grands clients de l'industrie japonaise sont eux-mêmes en mauvaise posture.

Il y a d'abord l'Europe, qui souffre de ses programmes d'austérité et qui achète beaucoup moins de biens d'équipements.

Il y a aussi la Chine qui importe moins de voitures et de composants électroniques, en partie parce qu'elle ralentit elle aussi, mais surtout parce que le conflit territorial sur les îles Senkaku pousse les Chinois à boycotter les produits made in Japan, un conflit diplomatique qui intervient au plus mauvais moment puisque, dans le même temps, la relance américaine est insuffisante pour compenser le manque de commandes chez les autres partenaires commerciaux!

Le ralentissement économique est contagieux et la crise européenne ne passe pas inaperçue

Et c'est bien ce qui fait dire aux autorités internationales, comme le FMI, de mettre la pédale douce sur l'austérité. Car si on met tout le monde au régime, c'est l'économie mondiale qui maigrit. Et les médecines localisées ne suffisent plus à soigner le malade. Les autorités japonaises avaient, par exemple, pris des mesures de relance après le Tsunami de l'an dernier, mais elles ont fait long feu, elles n'ont pas suffi à redynamiser la consommation intérieure et les investissements des entreprises. Le gouvernement japonais est aux abois, il n'exclut pas une récession d'ici la fin de l'année. Et quand on sait que le japon est la 3e puissance économique mondiale, c'est un mauvais signal à ne pas mésestimer !

Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK