Brésil: Jair Bolsonaro, premier président élu d'extrême droite, officiellement investi ce 1er janvier

Jair Bolsonaro a été intronisé mardi président du Brésil lors d'une cérémonie officielle à Brasilia, plus de deux mois après avoir remporté l'élection avec un programme d'extrême droite face à la gauche, à l'issue d'une campagne qui a divisé les Brésiliens.

L'acte qui a fait de Jair Bolsonaro le 38e président du Brésil a été paraphé vers 15H00 heure locale dans l'hémicycle de la Chambre des députés, où il a signé le registre officiel, un petit livre vert, comme tous les chefs de l'Etat brésilien avant lui. Le président a prêté serment et s'est engagé à "défendre et appliquer la Constitution" tout en oeuvrant pour "l'Union, l'intégrité et l'indépendance du Brésil".

Peu d'invités parmi les dirigeants

Le moment le plus attendu est la montée de la rampe du Palais du Planalto, où il recevra des mains de Michel Temer l'écharpe présidentielle, une pièce de soie jaune et verte, sertie d'or et de diamants. L'un des rares dirigeants étrangers invités à Brasilia est le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont Brasilia souhaite se rapprocher, de même que le Premier ministre hongrois ultra-conservateur Viktor Orban.

À l’entame de sa présidence, Jair Bolsonaro divise profondément la société brésilienne. Celui qui a remporté haut la main le scrutin d’octobre dernier (55% des voix) a su profiter des opportunités : économie au plus bas, illégitimité de Lula, méfiance les politiciens. Cependant, à quelques heures de prêter serment, Bolsonaro arrivera-t-il à ressembler les Brésiliens autour de sa présidence ? Pour le savoir, revenons sur les principales polémiques qui entourent le futur président du Brésil pour ces 4 prochaines années.

Regard bleu perçant, il a pour projet-phare de libéraliser le port d'armes pour permettre aux "gens bien" de se faire justice eux-mêmes.

"Si un chauffeur routier est armé quand quelqu'un tente de voler sa cargaison, le voleur est abattu", a-t-il affirmé le lendemain de son élection. Le chauffeur "n'est pas puni. Ça va diminuer la violence au Brésil, c'est sûr".

Jair Bolsonaro a été lui-même victime de violence : le 6 septembre, il a frôlé la mort après avoir été poignardé à l'abdomen par un déséquilibré lors d'un bain de foule.

Dérapages en série

Jair Bolsonaro est né en 1955 à Campinas, près de Sao Paulo, dans une famille d'origine italienne, et sa carrière militaire a été émaillée d'épisodes d'insubordination: il a même été accusé dans les années 1980 de fomenter un attentat à la bombe pour obtenir une augmentation de solde.

Chercheur d'or à ses heures perdues, il a appris cette activité avec son père Percy Geraldo Bolsonaro, garimpeiro dans la jungle du Pará, dans le nord du pays, dans les années 80. Ce dernier a également fait vivre sa famille en travaillant comme dentiste -- sans diplôme.

Jair Bolsonaro a fait l'essentiel de sa carrière politique à Rio, où il a été élu conseiller municipal en 1988 et a obtenu son premier mandat de député fédéral trois ans plus tard.

En tant que parlementaire, il s'est davantage illustré par ses dérapages dans l'hémicycle que pour les projets de loi qu'il a fait approuver: deux en 27 ans.

En 2014, il avait fait scandale en prenant violemment à partie la parlementaire de gauche Maria do Rosario, lui lançant qu'elle "ne méritait pas" qu'il la viole car elle était "trop moche". Deux ans plus tard, il a fait l'éloge d'un tortionnaire de la dictature militaire.

Jair Bolsonaro a également multiplié les déclarations homophobes: dans un entretien au magazine Playboy en 2011, il a affirmé qu'il préférerait avoir un fils "tué dans un accident" plutôt qu'homosexuel.

"Trump Tropical"

Grand adepte des réseaux sociaux, il est suivi par des millions de personnes, et compte bien sur le format concis du numérique pour communiquer directement avec le peuple.

Loin d'être un grand tribun - il s'exprime avec une syntaxe approximative et a un cheveu sur la langue -, il a su s'adresser directement aux électeurs avec de petites phrases qui ont fait mouche.

Même s'il avoue ne rien comprendre à l'économie, il est parvenu à gagner la confiance des marchés grâce à son gourou Paulo Guedes, un "Chicago Boy" ultra-libéral qui sera un "super ministre" de son gouvernement, également composé de sept militaires, sur 22 ministres au total.

Souvent surnommé le "Trump tropical", il cite fréquemment le président américain, qu'il admire.

Mais contrairement à Donald Trump, Jair Bolsonaro a déjà une longue carrière politique derrière lui: il siège à la Chambre des députés depuis 1991. "Il parle des 'politiciens' comme s'il ne faisait pas partie de ce monde. Il a réussi à faire passer l'image d'un homme fort, adepte de la ligne dure, qui va combattre la corruption", explique Michael Mohallem, professeur de droit à la Fondation Getulio Vargas.

C'est ainsi qu'il s'est assuré le soutien de puissants lobbys au Parlement, notamment ceux de l'agro-business et des évangéliques, confession de son épouse Michelle, 36 ans.

Lui-même de confession catholique, il est pourtant épinglé par certains sur le fait que ses cinq enfants (dont les trois premiers sont des hommes politiques) sont le fruit de trois unions.

En 2017, Jair Bolsonaro a fait étalage de sa misogynie en affirmant qu'après avoir eu quatre fils, il avait "faibli" en engendrant une fille.

Ses trois fils adultes sont appelés à jouer un rôle important, même si l'aîné Flavio, élu sénateur, est éclaboussé par une affaire de transactions suspectes sur le compte d'un ex-assistant.

Il a également dû recadrer à plusieurs reprises Eduardo, député et troisième de la fratrie, qui a par exemple affirmé récemment être favorable à un référendum pour le rétablissement de la peine de mort, avant que son père assure que le sujet ne ferait pas l'objet de débats pendant son mandat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK